jeudi , 23 janvier 2020
<span style='text-decoration: underline;'>27ème mardi de la marche des étudiants</span>:<br><span style='color:red;'>Retour en force de la mobilisation</span>

27ème mardi de la marche des étudiants:
Retour en force de la mobilisation

Les étudiants ont organisé hier, une nouvelle journée de mobilisation au niveau de la capitale et dans d’autres wilayas du pays, et ce, à quelques jours du début de la rentrée sociale et scolaire.

Mobilisés pour le 27ème mardi de suite, depuis le début du mouvement populaire, les étudiants ont une nouvelle fois rejeté, à travers leurs pancartes et slogans, l’appel au dialogue prôné par l’Instance du dialogue et de la médiation.
Sillonnant plusieurs quartiers de la capitale mais aussi ceux des villes universitaires du pays, les étudiants ont ainsi affiché leur détermination à continuer leur mobilisation pour «le départ de tous les symboles du système» et «la poursuite du processus de la lutte contre la corruption».
En plus de ces revendications, les manifestants, qui étaient nombreux lors du nouveau rendez-vous hebdomadaire à battre le pavé, ont également réclamé la libération des détenus à savoir Lakhedar Bouragâa et les autres manifestants emprisonnés pour port de drapeaux autres que l’emblème national. Les marcheurs ont crié haut et fort les slogans habituels tels: « Libérez Bouragâa», «Libérez nos enfants».
Pour ce qui est de l’itinéraire de la marche au niveau de la capitale, comme est de coutume, la Place des Martyrs a constitué le point de départ de la manifestation hebdomadaire où des petits groupes d’étudiants y étaient massés aux environs de 11h00.
Les manifestants ont ensuite entamé leur marche en direction du centre d’Alger, sillonnant plusieurs quartiers et rues. Ils ont marché dans Bab Azzoun, Ali Boumendjel, Rue Ben M’Hidi, La Grande Poste, Boulevard Amirouche et Place Maurice Audin. Par ailleurs, plusieurs pancartes ont été brandies par les marcheurs à savoir; «Articles 7 et 8, le pouvoir est au peuple», «Pour une indépendance totale».
S’agissant des slogans, les étudiants ont scandé en chœur «Dégage dégage, gouvernement du bricolage», «Dégage dégage, gouvernement du montage», rejetant «le gang des traitres».
De leur côté, les services de sécurité ont mobilisé des centaines d’éléments au niveau des quartiers concernés par la manifestation du jour. Des policiers ont pris position aux alentours du tunnel des facultés et aux alentours de La Grande Poste.
Également, des petits groupes, étaient massés, en uniforme dans les quartiers sillonnés par les marcheurs.
Par ailleurs, un hélicoptère a été également mobilisé où il n’a pas cessé de tournoyer dans le ciel du centre d’Alger pendant plusieurs heures. Par ailleurs, des colonnes constituées de véhicules de la police, composées notamment de fourgons cellulaires, ont été formées dans de nombreux recoins.
Il convient de signaler, que des citoyens ont rejoint la marche des étudiants qui ont observé avant le début de leur action d’hier une minute de silence à la mémoire des victimes de la bousculade de jeudi dernier lors du concert du chanteur Soolking, ayant eu lieu dans la soirée.
Dans d’autres wilayas universitaires du pays, plusieurs actions de manifestations ont été tenues hier. Il s’agit, à titre illustratif, des wilayas d’Oran, Annaba, Bejaia, entre autres.
Samir Hamiche