samedi , 4 avril 2020
<span style='text-decoration: underline;'>Il a lancé une guerre contre la mafia</span>:<br><span style='color:red;'>Rezig se donne une semaine pour régler le problème du lait</span>

Il a lancé une guerre contre la mafia:
Rezig se donne une semaine pour régler le problème du lait

Quelques semaines seulement de sa nomination à la tête du ministère du Commerce, Kamel Rezig a lancé hier une guerre contre les spéculateurs et la mafia qui contrôlent ce secteur sensible.

Ainsi, le ministre qui a réuni les cadres de son secteur en présence des médias, a indiqué que le problème du «lait» sera son premier chantier à régler. D’ailleurs, il s’est donné «une semaine» pour réguler ce volet important. «Quiconque veut tester la force de l’État après une semaine le verra, qu’il s’agisse d’un commerçant ou d’un distributeur de lait», a menacé Kamel Rezig, tout en assurant que le lait sera disponible dès la semaine prochaine dans tous les magasins. Il a fait une promesse d’éradiquer la mafia du lait, tout en usant de «la force de la loi» pour combattre les pratiques de spéculation sur les prix qui caractérisent l’économie algérienne.
M. Rezig est allé loin dans son discours très offensif, en menaçant les barons du lait. Selon lui, leurs intérêts économiques seront frappés d’une main de fer, et ce, juste après la fin de la trêve d’une semaine, pour cesser les pratiques illégales de spéculation sur les prix.
Plus confiant, le ministre a ordonné à ses cadres, de procéder à la fermeture des usines laitières qui obligent les commerçants à acheter du lait de vache et tout autre produit laitier, autre que du lait subventionné. La décision de fermeture rentrera en vigueur des aujourd’hui, 26 janvier, précise le ministre qui n’a pas exclu les 15 laiteries publiques. Il dira, en outre, que 96 laiteries sont déjà prêtes à commencer la production.
M. Rezig dira, par ailleurs, qu’après la résolution de la crise du lait, les spéculateurs se tourneront vers d’autres produits subventionnés par l’État à l’instar de la semoule ou de la farine, mais, rassure-t-il, «nous veillerons à ce que ces produits soient vendus au prix déterminé par l’État». Le ministre de Commerce a appelé les cadres de son département à travailler dur pour éradiquer les mafieux de ce secteur. «Celui qui est capable de se tenir debout à mes côtés, qu’il reste avec moi et celui qui a peur de la mafia ou qui a des affinités avec elle, je lui conseille de sauter du train. À partir d’aujourd’hui, nous couperons la tête à la mafia. Nous avons commencé avec celle du lait, les autres suivront à leur tour», a lancé M. Rezig à l’encontre des cadres de son ministère présents lors de cette rencontre. Dans le même sens, le ministre a rassuré les citoyens, en disant qu’il allait jusqu’au bout pour mettre fin aux pratiques mafieuses des lobbies dans les différents volets d’activités relevant de son département. Il a également promis de stabiliser les prix des produits lors du mois de Ramadhan prochain.
Sur un autre volet, M.Rezig a indiqué que son département est en train d’évaluer et de réviser les différents accords de libre échange. Selon lui, le premier ministre a adressé des instructions pour l’organisation d’un atelier dédié à ces accords.
Noreddine Oumessaoud