vendredi , 28 juillet 2017
<span style='text-decoration: underline;'>Il a atteint 5,6 milliards de DA en 2016 </span>:<br><span style='color:red;'>SGA présente son résultat financier</span>
© D.R

Il a atteint 5,6 milliards de DA en 2016 :
SGA présente son résultat financier

L’ exercice de 2016 de la Société générale Algérie, a marqué une consolidation de son activité et de ses résultats, c’est en effet ce qu’a annoncé hier Éric Wormser, président du directoire général de SGA, lors d’un déjeuner-presse organisé hier à Alger pour annoncer ses résultats financiers de 2016.

Avec un résultat net de 5,6 milliards de dinars, le bénéfice de SGA a progressé de 27% par rapport à l’exercice de 2015. «Les crédits à l’économie et aux ménages, ont connu une croissance de 26% passant de 155 milliards de dinars en 2015 à 195 milliards de dinars en 2016» précise le président du directoire de SGA, tout en soulignant que la Banque a réinvesti durant les 4 dernières années, 12 milliards de dinars.
M. Wormser a indiqué ainsi, que les crédits de sa banque ont atteint 26% fin de l’année 2016 contre seulement 10% enregistrés par le secteur financier en Algérie, précisant que les crédits aux entreprises représentent 88% des engagements de la Banque alors que les particuliers et les professionnels se placent à hauteur de 12% à la fin 2016. Les fonds propres de la Banque, sont passés de 33 milliards en 2015 à 38 milliards de l’année écoulée et ce, grâce à l’incorporation de 40% des bénéfices traduisant la confiance portée à l’économie algérienne et la volonté d’investir dans le pays. Ces chiffres en effet, reflètent l’excellence performance de la Banque tant en terme financier qu’au niveau de la qualité confirmée par la confiance accordée par nos clients, résultat de l’engagement et du professionnalisme de ses collaborateurs.
SGA maintient sa position avantageuse parmi les premiers établissements financiers à capitaux privés, leader en réseau d’agences réparties sur les 29 wilayas et en fonds propres, elle continue de renforcer l’accompagnement de ses clients dans les conditions les plus favorables et place ainsi ces derniers au centre de ses préoccupations en s’inscrivant dans l’amélioration continue de la qualité de ses services qui leur sont proposés. Elle poursuivra sans relâche ce développement accompagnant l’économie du pays et apportant l’expertise au service de ses clients. Toujours dans le cadre de développement de ses produits qui ont trait au développement de l’économie algérienne, SGA a mis en place depuis quelques temps, un service dédié à l’accompagnement et l’encouragement des exportations.
Par ailleurs, M. Wormser a abordé la question de manque de liquidité en Algérie. Il le qualifie ainsi d’un vrai problème mais qui a été anticipé par la Banque d’Algérie. Selon lui, il y a deux ans, la liquidité bancaire a été autour de 1500 milliards de dinars mais aujourd’hui elle est estimée à quelques centaines de milliards. La Banque centrale a anticipé le problème en installant le système «open market». Auparavant, ce sont les banques qui se déplacent vers la Banque centrale pour demander le financement, mais aujourd’hui, c’est la Banque centrale qui initie et va vers les banques pour leur proposer le financement.

Alger: Wahida Oumessaoud