lundi , 21 janvier 2019
<span style='text-decoration: underline;'>Elle ambitionne d’exporter l’électricité vers l’Espagne </span>:<br><span style='color:red;'>Sonelgaz investira 2.400 milliards de DA sur dix ans</span>
© D.R

Elle ambitionne d’exporter l’électricité vers l’Espagne :
Sonelgaz investira 2.400 milliards de DA sur dix ans

Le déploiement stratégique de Sonelgaz répond à une politique qui ambitionne de placer le groupe public au cœur du système énergétique en Afrique du nord et en direction du sud de l’Europe. A ce propos, le Ministre de l’Energie a révélé, avant-hier, que des négociations étaient en cours entre l’Algérie et l’Espagne afin d’exporter de l’électricité.

Le groupe Sonelgaz voit grand. A l’appuie de sa volonté d’exporter l’excédent de sa production évalué à plus de 7.000 MGW, annoncé avant-hier, par le Ministre de l’Energie, le groupe public affiche son intention d’investir plus de 2.400 milliards de DA sur une période de 10 ans, c’est à dire, à l’horizon 2028. Cet effort, il faut le dire, exceptionnel, au regard de la situation financière du pays, est une condition sine qua none, pour l’entreprise, de rester compétitive et miser sur le marché de l’électricité dans toute la région de la Méditerranée occidentale. Le PDG, Mohamed Arkab, qui a fait, hier, l’annonce de cet investissement explique : «Nous prévoyons de mobiliser, à l’horizon 2028, plus de 2.400 milliards de DA pour réaliser tous nos projets d’investissements, dont 380 milliards DA au titre de l’exercice 2019», a précisé M. Arkab en marge de la cérémonie de signature d’une convention-cadre entre Sonelgaz et le groupe public mécanique AGM. Sonelgaz se fera accompagnée par la Banque nationale d’Algérie (BNA), qui a déjà accordé au groupe plusieurs crédits à long terme. Selon le PDG, «tous les projets lancés se réalisent sans aucune difficulté et nous comptons poursuivre notre politique d’investissements». Cette démarche offensive se confirme avec l’intention de la Société algérienne de distribution de l’électricité et du gaz (SDC), filiale du groupe Sonelgaz, d’investir plus de 370 milliards de dinars d’ici 2023. Le programme qui sous-entend ce financement conséquent vise à parachever les plans d’engagement d’amélioration de la performance technique et économique de la SDC pour la période 2019-2023, approuvés avant-hier par le Ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni.
Le déploiement stratégique de Sonelgaz répond à une politique qui ambitionne de placer le groupe public au cœur du système énergétique en Afrique du nord et en direction du sud de l’Europe. A ce propos, le Ministre de l’Energie a révélé, avant-hier, que des négociations étaient en cours entre l’Algérie et l’Espagne afin d’exporter de l’électricité produite par le groupe national Sonelgaz vers la péninsule ibérique. «Nous allons nous mettre en Bourse (de l’électricité) en Espagne. Nous sommes en discussion avec eux notamment pour régler les+ histoires+ de taxes», a déclaré M. Guitouni.
Selon le ministre, «il est grand temps pour le groupe Sonelgaz de développer son activité Export, comme l’a déjà fait Sonatrach», afin de «booster ses investissements et ne plus compter sur l’Etat». Le développement des exportations de l’électricité permettra aussi d’exploiter la totalité des capacités nationales mises en place pour la production électrique. «Nous pouvons ne plus nous permettre de laisser 5.000 à 7.000 MW inexploités, ça coûte cher. Nous devons les mettre sur les marchés, notamment européens, tunisien, libyen et pourquoi pas vers d’autres pays», a-t-il avancé. «Nous ne pouvons pas nous permettre le luxe d’attendre les périodes de pointe de consommation pour mettre nos 20.000 MW en même temps», alors que ces capacités nationales restent sous-exploitées pendant dix mois pratiquement, souligne le ministre.
En 2016, Sonelgaz avait effectué des opérations d’exportation de son électricité vers l’Espagne via l’interconnexion électrique avec le Maroc, d’après les explications d’un responsable au groupe. Suite à la «réussite» de ces opérations «expérimentales», Sonelgaz compte s’introduire dans la Bourse espagnole de l’électricité, une plate-forme de négociation où les membres de ce marché peuvent entrer des ordres d’achat et de vente d’énergie.
Cette ambitieuse vision réclame une présence soutenue de l’entreprise sur le terrain de l’investissement. Comme c’est parti, il y a de forte chance à ce que Sonelgaz devienne un exportateur intéressant d’électricité. Ce qui améliorera la balance commerciale du pays. Mais cette perspective n’est pas si proche que cela.
Alger: Smaïl Daoudi