mardi , 23 juillet 2019
<span style='text-decoration: underline;'>Tennis : Assemblée Elective de la ligue oranaise de Tennis </span>:<br><span style='color:red;'>Tedjeni Djemia élu président</span>
© Ouest Tribune

Tennis : Assemblée Elective de la ligue oranaise de Tennis :
Tedjeni Djemia élu président

Djemai Tedjini, (Nouveau président de la LOT) :

« Je suis venu pour booster la discipline et en tant que rassembleur ».

Juste après avoir été élu nouveau président de la LOT, très ému,  il a vivement remercié tous les membres, qui lui ont fait confiance. Il s’est montré décidé à donner un bon coup de fouet à la discipline, afin qu’elle retrouve sa vrai place. Il nous a aimablement accordé cet entretien.

OT : Djemai plébiscité, élu président de la LOT, que ressentez-vous ?

T. D : « Je dois tout d’abord dire, que mon souhait était de faire un mandat à la tête de la ligue, et mettre fin par la suite, à toutes mes activités et à  ma carrière dans le tennis. J’ai une dette morale envers le tennis, qui nous a beaucoup donné, et qui se trouve mal aujourd’hui. Je dirai que le tennis était notre vie, notre situation quotidienne, une raison de vivre, qui nous a fait connaître des hommes ».

O. T : Que diriez-vous à tous ceux qui vous ont plébiscité et élu ?

T. D : « Ces personnes voulaient crânement du changement, et surtout le redressement du tennis, elles sont à remercier. Ils ont jugé utile de me faire confiance, vu mon expérience, ma connaissance de la discipline, et surtout de sa mauvaise situation. Aussi, en raison de ma disponibilité, car je suis retraite, donc libre de tout engament, donc qui pourrait me consacrer entièrement aux problèmes du tennis au niveau d’Oran ».

O.T : Maintenant que vous été élu, quelles seront vos nouvelles actions, pour redresser la situation du tennis ?

T. D : « Tout d’abord, on va se baser sur la formation à partir des écoles, qui restent un point essentiel. Puis ce sera au tour des entraîneurs et des arbitres. Mon objectif est de ramener la ligue oranaise de tennis, à recommencer à rafler des titres, comme avant et créer beaucoup d’activités. La    LOT était un exemple, pour les autres ligues, alors que maintenant, et ça dure depuis plus de deux années, c’est le calme plat ».

O. T. Mais il faudrait des infrastructures adéquates pour la réalisation de vos projets. Qu’allez-vous entreprendre à ce sujet ?

T. D : « Bien sur la ligue, en collaboration avec la DJS, va se focaliser aussi sur les infrastructures existantes, dont les courts sont en train de se dégrader, plus au moins l’unité de Hai Salam, qui reste potable, mais qui a besoin d’un bon lifting. Les courts de l’ASPTT et de l’IRCHO ont vraiment besoin d’être retapés, vu leur dégradation. On a besoin de ces unités, même celle d’Ai El Bya, pour la relance du tennis ».

O. T : Oran est à l’orée des JM de 2021, vous allez avoir un grand rôle à jouer pour l’émergence de bons jeunes talents. Qu’elle sera votre stratégie ?

T.D : « Certes, tout est prévu dans ce sens. Avec le bureau de la ligue, nous allons nous atteler et nous braquer dès à présent, sur cet événement méditerranéen. J’ai déjà tracé un projet, pour la préparation de bons jeunes, qu’on doit étudier ensemble, et je compte même impliquer des anciens, car je ne dois occulter personne, de la famille du tennis. Tous ceux qui peuvent apporter un plus seront les bienvenus ».

O. T. Au point de vue, moyens financiers ou matériels,  que préconisez-vous pour faire redémarrer la machine ?

T. D. « On fera tout pour taper à toutes les portes, même de la DJS, pour trouver les moyens nécessaires. On doit fournir du matériel pédagogique aux clubs et de bons entraîneurs aux clubs démunis. On va lancer le collège technique, qui disposera des meilleurs entraîneurs. Il faut que le niveau soit relevé. Je le dis, durant ces quatre années, nous n’avons pas le droit à l’erreur, car le tennis a besoin de se retrouver ».

On vous laisse le soin de conclure ?

T.D « Je suis venu en tant que rassembleur. Je serai le président de tous sans exception, et j’accepterai tous les anciens, qui pourraient donner un bon coup de pouce, pour aider à faire sortir le tennis de son marasme ».

Propos recueillis  par Sadek Belkheir

Qui est Tedjini Djemia ?

Le nouveau président de la LOT est un ancien du tennis, qui avait fait ses débuts en tant que tennisman au club IRBO Sud, vers les débuts des années 80, puis au CSUO et ce, jusqu’à 1988. Il passera par la suite de l’autre coté de la barrière, pour devenir entraîneur des jeunes en 1987  et juge arbitre international  jusqu’à 1997. Juste après, il intègre la ligue d’Oran de tennis en tant que président, pour un seul mandat. Mais pour des obligations personnelles, il a du quitter le tennis, pour s’occuper aussi de sa retraite dans sa vie professionnelle. Cependant, son cœur est resté toujours à l’écoute de la discipline et de ses problèmes. Ses amis ont fait appel à lui pour revenir, et il n’est pas resté insensible, surtout qu’il a senti qu’il avait  une dette envers le tennis, qu’il compte booster.

Composition du nouveau bureau de la LOT :
Président : Tedjini Djemai
Membres :
Dehilis Abderrahmane(ASCOV)
Ramdani Lahouari (COST 2000)
Bennacer Allal  Houari (ASPTT)
Manaa Mehdi (Ain El Bia)
Tahraoui Abdelkrim (CSUO)

B. Sadek