dimanche , 17 février 2019
<span style='text-decoration: underline;'>MC Oran </span>:<br><span style='color:red;'>Tout Oran mobilisé pour confier les rênes du club à “Hyproc’’</span>

MC Oran :
Tout Oran mobilisé pour confier les rênes du club à “Hyproc’’

La mobilisation bat son plein depuis quelques jours à Oran dans l’optique de matérialiser le protocole d’accord signé en début de janvier passé entre le club phare de la ville, le MC Oran, et l’entreprise “”Hyproc Shipping company’’, duquel l’on aspire voir la filiale de Sonatrach reprendre les rênes de la formation de Ligue 1 de football. tout Oran mobilisé pour confier les rênes du club à “Hyproc’’ La mobilisation bat son plein depuis quelques jours à Oran dans l’optique de matérialiser le protocole d’accord signé en début de janvier passé entre le club phare de la ville, le MC Oran, et l’entreprise “”Hyproc Shipping company’’, duquel l’on aspire voir la filiale de Sonatrach reprendre les rênes de la formation de Ligue 1 de football.

Les rassemblements et rencontres se multiplient, auxquels prennent part,  outre des notables de la ville et supporters, d’anciens joueurs et  dirigeants du MCO non sans que tout ce beau monde ne tire la sonnette  d’alarme tout en pressant “”Hyproc’’ à passer à l’acte. Mais le dossier n’est pas aussi simple comme le croient certains, prévient  l’ancien président des «Hamraoua», Youcef Djebbari, l’actuel actionnaire  majoritaire de la société sportive par actions (SSPA) du club. «De la dernière réunion que nous avions eue avec les responsables  d’Hyproc, nous sommes sortis avec la conviction que le chemin est encore  long pour que le MCO soit repris par cette société», a-t-il précisé. Et pour cause : cette filiale de la firme pétrolière nationale spécialisée  dans le transport maritime des hydrocarbures, exige d’abord les bilans  financiers des différents présidents qui se sont succédés aux commandes du  Mouloudia depuis la création de son SSPA, soit depuis l’avènement du  professionnalisme en 2010. Or, et selon Djebbari lui-même, aucune assemblée générale des actionnaires  n’a été tenue depuis quatre ans, ce qui justifie du reste l’indisponibilité  de ces bilans, risquant de s’avérer un véritable obstacle pour conclure la  transaction. Cette donne plonge déjà les amoureux du MCO dans la panique, surtout que  les responsables d’Hyproc «se sont engagés à seulement sponsoriser le club  pour le moment», a encore fait savoir Djebbari, ce qui n’est pas fait pour  satisfaire la majorité dans la famille mouloudéenne avide de voir son club  entre les mains de la société en question après avoir longtemps souffert de  ½la défaillance de ses dirigeants». Le MCO, dont le dernier titre remonte à 1996, espère retrouver son lustre  d’antan sous la houlette d’hyproc, surtout que pour cette saison, l’équipe  lutte encore pour son maintien parmi l’élite. Les protégés du nouvel  entraineur, le revenant Jean Michel Cavalli, comptent seulement trois  points d’avance sur la zone de la relégation. A «El Bahia» tout le monde, croise ainsi les doigts de peur de voir le  scénario de l’échec de la transaction qu’allait conclure le club avec  «Naftal» en 2012, se reproduire avec «Hyproc».