jeudi , 12 décembre 2019

...:
Un ami qui ne nous veut pas du bien

Ce sont des gens qui font semblant d’avoir de la sympathie pour vous, qui vous soutiennent dans vos luttes, qui aiment vos combats et louent votre pacifisme. Ils ont cette force de vous faire croire qu’ils aiment en vous votre quête de la démocratie. Et c’est au nom de cet amour pour la démocratie qu’ils se permettent de se mêler de vos affaires internes, de faire pression pour voir votre pays basculer dans l’horreur et l’irréparable. Dans leur fourberie et ruse machiavélique, ils n’oseront jamais une critique contre votre fougue et vos positions. Ils peuvent aller encore plus loin et n’hésitent pas à prétendre aimer votre pays plus que vous.
Parmi eux et en premiers d’eux vient Bernard Henri Lévy. L’homme qui aime plus que tout autre les peuples arabes et musulmans et les défend au point de tout faire pour incendier leur pays, comme il l’a déjà eu à le faire en Libye, avant de totalement disparaître des radars et voir sa grande œuvre se réaliser et ce pays prendre feu avec des milliers de morts et de déplacés et une guerre civile qui n’a pas fini d’allonger les malheurs et les drames.
Pour le cas de l’Algérie, BHL s’est mis en retrait, mais avance ses pions d’ici et de France pour « faire bouger les choses » et faire peu à peu glisser la situation vers le chaos. Ainsi est monté au créneau ces derniers jours, un certain euro-député du nom de Raphaël Glucksmann qui a appelé à ce qu’une «résolution d’urgence» soit prise au Parlement européen sur la situation qui prévaut en Algérie. Des positions tranchées qui vont et au delà de la simple ingérence mais sont de la provocation claire et inadmissible d’un homme qui a soutenu et soutient à ce jour ce qu’il appelle le bien-fondé de la guerre en Irak et l’intervention américaine dans ce pays.
Mais comment ne peut-il pas la défendre quand il voit ce qui se passe aujourd’hui en Irak où déjà 300 morts ont été enregistrés depuis le soulèvement populaire dans ce pays. Des morts qui s’ajoutent à une liste encore plus longue de vies humaines sacrifiées dans ce pays depuis cette maudite intervention américaine en 2003.
Oui, ces gens là, qui se cachent derrière les principes des droits de l’homme et de la démocratie, ne veulent voir nos pays que dans cet état de délabrement et de guerres qui n’en finissent pas avec leurs drames et leurs lots de morts et d’horreur. Mais, il est sûr que les Algériens de tous bords saisissent bien le jeu macabre de ces personnes sans foi ni loi qui n’ont pour eux aucune sympathie et ne veulent que les voir dans leur éternelle posture d’indigènes, car ils n’ont pas encore digéré le fait que nous sommes des pays indépendants et libres aujourd’hui.
Les 5 candidats à la présidentielle ont déjà dénoncé cet état de fait, et il est sûr que ces débuts d’ingérence prendront une grande partie dans leurs discours de cette deuxième semaine de campagne.
Par Abdelmadjid Blidi