dimanche , 15 décembre 2019

....:
Un football à la dérive

Les saisons se suivent et se ressemblent. Notre football plonge dans une médiocrité insupportable. Avec des joueurs qui n’ont aucune culture tactique et qui jouent à la baballe et des entraîneurs qu’on change comme on change de chemise, il n’y a presque rien à espérer. Rien à espérer quand on voit une Fédération qui perd tout contrôle et une ligue criblée de critiques et dont les décisions sont toujours remises en cause.
Et comme tout cela ne suffisait pas, il faut faire avec une violence endémique que l’on n’arrive pas à canaliser. Nos stades sont devenus des défouloirs où tous les dépassements sont permis. Dans des matchs d’un niveau insipide, tout se termine par un face à face quasi-automatique entre les supporters et les forces de l’ordre. Un face à face dans lequel les instances fédérales brillent par leur absence, se contentant, après coups, de sanctions qui se résument en amendes dérisoires et des huis clos inefficaces.
Ce qui s’est passé à Bordj Bou-Arreridj n’a rien d’un acte isolé. C’est malheureusement le lot de tous nos matchs et dans tous nos stades. Il est regrettable de voir que nos villes deviennent des villes fantômes à chaque rencontre footballistique. Les citoyens se terrent chez eux, et laissent place à ces foules en furie qui prennent possession de lieux où les insultes, la vulgarité et les saccages sont en tête d’affiche.
Malheureusement, notre football en est là. Il ne faut pas se cacher la face et regarder cette réalité en face. La regarder, la reconnaître d’abord et ne plus opter pour cette fuite en avant. Une politique de fuite en avant qui n’a fait que compliquer la situation davantage. Il est inadmissible de voir nos clubs d’élite encore dirigés par des personnes qui n’ont rien à voir avec le sport et qui se comportent plus comme des caïds que comme des éducateurs.
Le mal est bien plus profond que ce que l’on veut nous faire croire. Et il est bien temps de se décider enfin à réagir, quitte comme le souhaitent plusieurs citoyens à arrêter cette mascarade de championnat et tout reprendre en profondeur avec de réelles réformes. Il faut maintenant un tel traitement de choc. La chose peut paraître extrême, mais elle est peut-être salutaire, car, il ne faut pas attendre qu’il y ait des morts par dizaine pour enfin se décider à comprendre que les choses sont déjà allées trop loin et qu’il est bien temps pour se décider à réagir sérieusement et sans aucune complaisance. Alors il faut réagir aujourd’hui et non demain.

Abdelmadjid Blidi