mardi , 21 novembre 2017
<span style='text-decoration: underline;'>Pour agir sur les prix </span>:<br><span style='color:red;'>Un million de quintaux de pommes de terre déstockés</span>
© D.R

Pour agir sur les prix :
Un million de quintaux de pommes de terre déstockés

La progression exponentielle de la production et la multiplication des zones de plantation de la pomme de terre a constitué un véritable atout pour la filière qui se distingue, contrairement aux autres régions du monde, par un calendrier de production particulier. De la primeur à l’arrière saison en passant par la saison, la pomme de terre fraîche est disponible sur le marché national plus de 8 mois sur 12.

Se situant entre 70 et 90  Da dans les marchés  du pays, le prix de la pomme de devrait baisser dans les tous prochains jours. En effet, les pouvoirs publics ont lancé, hier, l’opération de déstockage de pas moins d’un million de quintaux de ce produit de large consommation. Le ministère de l’Agriculture qui a fait cette annonce dans un communiqué rendu public, explique la démarche qui trouve sa justification, assure-t-on, dans le fait que le marché entre dans une période de soudure octobre-novembre 2017. A cette époque de l’année, il n’y a pas de production de pomme de terre. La récolte de juillet s’est épuisée et la prochaine récolte attendue pour fin novembre n’est toujours pas sur le marché. Le déstockage d’importantes quantités a ceci d’intéressant, est qu’il permet d’alimenter les marchés et agir sur l’offre, donc sur les prix. C’est la principale fonction de ce travail de régulation, confié par le ministère de l’Agriculture à l’Office national interprofessionnel des légumes et viandes (Onilev).Cette opération de déstockage qui vient objectivement remplacer l’importation du tubercule est rendue possible grâce à l’essor que connaît la production de la pomme de terre en Algérie. Il faut savoir, en effet, que le pays est passé d’une quantité de 2,6 millions de tonnes en 2009 à 4,8 millions de tonnes en 2016. «Cette croissance de la production a permis d’assurer une disponibilité du produit sur le marché national le long de l’année, et ce, grâce aux efforts des producteurs, à l’encadrement public et au soutien financier accordé par l’Etat», rappelle le communiqué.La progression exponentielle de la production et la multiplication des zones de plantation de la pomme de terre a constitué un véritable atout pour la filière qui se distingue, contrairement aux autres régions du monde, par un calendrier de production particulier. De la primeur à l’arrière saison en passant par la saison, la pomme de terre fraîche est disponible sur le marché national plus de 8 mois sur 12. Il se trouve qu’à partir du mois d’août, la production de pleine de saison tire à sa fin et celle d’arrière saison est attendue pour novembre. Entre ces deux pics de production, le ministère recourt au déstockage massif pour maintenir des niveaux de prix acceptables en attendant la production d’arrière saison.Il faut savoir que les perspectives sont assez florissantes pour cette filière. Et pour cause, la superficie qui lui a été réservée est passée de 105.000 ha en 2009 à plus de 150.000 ha actuellement. L’objectif arrêté par le ministère de l’Agriculture à l’horizon 2019 est une production de six millions de tonnes. Objectivement, à cette échéance, la période de soudure devrait être moins pénible que celle de cette année. Mais le but essentiel de la tutelle consiste en la promotion des exportations de la pomme de terre. Celle-ci a déjà pénétré quelques marchés, à l’image de celui de la Russie et du Qatar.

Alger: Smaïl Daoudi