mercredi , 21 novembre 2018
<span style='text-decoration: underline;'>Journées d’information de la Sonatrach </span>:<br><span style='color:red;'>Un plan de charge de plus de 15 milliards de dollars</span>
© D.R

Journées d’information de la Sonatrach :
Un plan de charge de plus de 15 milliards de dollars

Les incitations peuvent venir, notamment de l’immense volume d’investissement annuel de la Sonatrach. Estimé à 10 milliards de dollars en moyenne, cela constitue un formidable levier de promotion de l’industrie nationale. C’est en tout cas, la conviction du ministre de l’Energie Mustapha Guitouni.

Les entreprises nationales publiques et privées ont eu hier, au Centre international des conférences, une vision on ne peut plus clair des opportunités qu’offre la Sonatrach en matière de sous-traitance. La compagnie nationale d’hydrocarbures achète pour plus de 15 milliards de dollars en importation de pièces de rechange. Le Pdg de la première entreprise du pays, organisatrice des Journées d’information de la Sonatrach, a précisé en marge de l’évènement, que cette opération ouvre d’excellentes «opportunités d’investissement pour les entreprises algériennes», rappelant dans le même contexte, la nouvelle stratégie du groupe pétrolier national, dont l’ambition est d’atteindre un taux d’intégration de 55%. C’est effectivement ambitieux, mais pas du tout impossible, retiennent beaucoup de convives à ces Journées dont les patrons d’organisations patronales. L’enthousiasme était donc au rendez-vous hier, et le souhait de voir les entreprises nationales publiques et privées s’impliquer pour répondre aux besoins de la Sonatrach en matière d’équipements et de pièces détachées, semblait tout à fait réalisable.
Cette perspective est d’autant plus réaliste que le secteur de l’énergie travaille présentement dans le sens à faire émerger un entreprenariat local en faveur d’une économie productive dans le secteur des hydrocarbures. Le géant pétrolier mise prioritairement sur les services pétroliers, l’industrie de biens d’équipements et de sous-traitance industrielle, l’ingénierie industrielle et autres services techniques et de maintenance industrielle.
La gamme est on ne peut plus large et l’exclusivité réservée à l’entreprise nationale, a de quoi séduire les patrons locaux. A ce propos, le Pdg de la Sonatrach révèle qu’«une structure sera créée au sein du groupe pour assurer le suivi de la concrétisation des recommandations qui seront formulées à l’issue de ces journées d’information et veillera à intégrer un maximum de sociétés nationales dans les projets de la Sonatrach». Il reste, soutient Ould Kaddour, à créer des «mécanismes d’incitation» pour promouvoir l’intégration nationale.
Des incitations qui peuvent venir, notamment de l’immense volume d’investissement annuel de la Sonatrach. Estimé à 10  milliards de dollars en moyenne, cela constitue un formidable levier de promotion de l’industrie nationale.
C’est en tout cas, la conviction du ministre de l’Energie Mustapha Guitouni. Le ministre a aligné lors de son allocution, à l’ouverture des Journées d’information de la Sonatrach, une liste impressionnante d’activités où est directement impliquée la compagnie pétrolière nationale. C’est dire l’importance du champ d’intervention ouvert aux opérateurs nationaux.
Un état de fait qui vient consolider la démarche d’intégration à travers un plan de développement où il sera essentiellement question de maximiser la production locale des équipements. «Pour qu’elles puissent participer au plan d’investissement de la Sonatrach, les entreprises locales sauront se moderniser et se hisser au niveau des performances attendues. C’est effectivement par le niveau d’expertise recherchée, par la rigueur attendue et par les standards internationaux, qu’il y a lieu d’atteindre, que les entreprises locales acquerront les pré requis pour être compétitives en matière de coût, de délais et de qualité. Il est stratégique pour l’économie nationale de mettre en place les conditions pour cela», a souligné le ministre de l’Energie.
Il y a lieu de souligner que 45 exposants, oeuvrant dans l’amont et l’aval pétrolier, participent à cette exposition et se composent de 7 filiales de la Sonatrach, de 14 entreprises publiques et de 24 sociétés privées nationales. Selon ses organisateurs, cette exposition entend donner l’occasion aux entreprises ambitionnant de travailler avec la Sonatrach, de faire connaître leurs produits et de prendre connaissance des besoins de ce groupe pétro-gazier public en matière d’équipements et de pièces détachées.
Alger: Smaïl Daoudi