mardi , 2 juin 2020

:
Un sacrifice pour la victoire

Ce sera un Aïd particulier, et même unique en son genre, qu’auront à vivre les Algériens en cette année 2020 qui a aura été une année que personne n’a imaginé possible et aussi éprouvante sur le plan physique et psychologique pour tous les habitants de la planète et pas uniquement pour nous les Algériens.
La crise sanitaire qui sévit depuis près de six mois, et l’apparition du Covid-19 dans la lointaine Chine a tout chamboulé dans la vie et le quotidien de milliards de personnes qui n’auraient jamais imaginé qu’un scénario pareil serait possible en ces temps où la science et le progrès avaient atteints leur apogée, mais qui se sont avérés impuissants face à ce virus qui a pétrifié les plus puissants de cette planète.
Ainsi les Algériens n’auront que quelques heures de sortie lors de ces deux jours sensés être des jours de fête. Précisément 5 heures par jour, autrement dit, ils sont invités à rester chez eux et à éviter les visites familiales pour ne pas compliquer la situation et éviter une propagation incontrôlée du virus qui sera bien difficile à rattraper par la suite et aura des conséquences désastreuses sur la santé des citoyens.
Il manquera donc beaucoup de choses en cet Aïd 2020. Nous ne verrons pas les hommes bien habillés de leurs beaux kamis e surtout nous ne verrons pas nos enfants parés de leur plus beaux habits à courir dans nos rues avec leurs sacs pour nos fillettes et les costumes pour nos petits garçons.
Ce sera à coup sûr, un Aïd bien triste. Mais c’est là une obligation bien salutaire pour ne rien regretter par la suite et pour éviter à chacun de nous de connaitre les affres de cette terrible maladie qui a déjà emporté la vie de centaines de nos concitoyens et endeuillé bien des familles, alors que d’autres vivent encore l’angoisse de l’état de leurs malades dans nos hôpitaux.
Cet Aïd, comme les jours qui vont le suivre, sera un sacrifice nécessaire par lequel on doit passer, car il y va de l’intérêt de chacun et de tous pour sortir au plus vite de cette situation et de sortir avec le moins de dégâts possibles et surtout victorieux contre cette pandémie qui a mis le monde entier à genou.
Il s’agit d’un cas de force majeur qu’il faut bien accepter. Il s’agit aussi de respecter, pour chacun de nous, ces restrictions car à bien réfléchir elles ne sont qu’une arme entre nos mains pour gagner du temps et en terminer avec cette dure période qui finira bien par passer si nous nous montrons disciplinés et conscients de l’impératif de se conformer à ces derniers efforts qui nous sont exigés aujourd’hui pour que demain soit meilleur et heureux.