vendredi , 20 septembre 2019
<span style='text-decoration: underline;'>Mohamed Miraoui </span>:<br><span style='color:red;'>Une nouvelle carte sanitaire en cours de préparation</span>

Mohamed Miraoui :
Une nouvelle carte sanitaire en cours de préparation

Le ministre de la Santé, de la Population et de la réforme hospitalière, Mohamed Miraoui, a réuni, hier, les directeurs de wilayas de la Santé. Le thème tournait principalement autour des insuffisances constatées dans son secteur.

Prenant la parole lors de cet événement de concertation et d’orientation, le ministre a soulevé le travail qui se fait actuellement pour la mise en place d’une nouvelle carte sanitaire nationale. Ainsi, il expliquera qu’un travail de diagnostic du secteur par wilaya était lancé par son département. Pour le ministre il a été question de demander aux directeurs de wilayas de la santé et de la population «d’élaborer une feuille de route et une carte sanitaire locales qui prennent en compte les particularités et les spécificités de chaque wilaya». «Les cartes sanitaires définiront les besoins que nous allons prendre en charge», souligne le ministre qui précisera que cette carte sanitaire rentre dans la «nouvelle stratégie» du ministre de la Santé portant «la révision imminente de la loi cadre de santé impliquant cette nouvelle carte introduisant la conception de la circonscription sanitaire».
«Cette nouvelle carte sanitaire est en fait une décentralisation de la gestion des polycliniques et dispensaires qui ne dépendront plus du directeur de l’hôpital de l’ancien secteur sanitaire.» explique le premier responsable du secteur de la Santé.

Corriger le dysfonctionnement qui caractérise le secteur de la Santé

Lors de cette réunion, il a été question de soulever les problématiques qui règnent sur le secteur.» Nous avons préparé une nouvelle feuille de route consistant en la réorganisation du schéma de soins du patient.
Il est très important d’améliorer les conditions de travail des praticiens et des paramédicaux, et par conséquent la prise en charge du malade», indique le ministre qui a estimé que la problématique de l’indisponibilité de certains médicaments en Algérie n’est pas «propre» à notre pays. Mais, selon beaucoup de pays à travers le monde connaissent le même problème.
«Nous avons constaté qu’il y a une tension sur certaines marques, on parle là de médicaments précis alors que les génériques existent» a-t-il dit avant de rappeler qu’une cellule de veille composée de tous les acteurs concernés par le médicament a été installée. Le ministre dira sur ce sujet, que des mesures seront prises à l’encontre de ces distributeurs concernés par ces carences qu’on a constatées sur le marché.
Le ministre a, enfin, mis l’accent sur la nécessité d’accompagner et de renforcer l’organisation prévue dans le guide de prise en charge de la femme gestante et le suivi de l’évolution de sa grossesse dans les hôpitaux publics ou privés, afin d’assurer une prise en charge optimale de femme gestante.Il a également appelé à conjuguer les efforts de tous les acteurs dans le domaine de façon à assurer une bonne prise en charge de la santé de la mère et de l’enfant.
Noreddine Oumessaoud