lundi , 21 janvier 2019
<span style='text-decoration: underline;'>APC d’Aïn El Türck  </span>:<br><span style='color:red;'>Une nouvelle tentative de réconciliation tourne à l’échec</span>
© D.R

APC d’Aïn El Türck :
Une nouvelle tentative de réconciliation tourne à l’échec

Une nouvelle tentative de reconfiguration de l’exécutif communal de l’APC d’Aïn El Türck a tourné hier à l’échec total, lors de la séance de délibérations, tenue au siège de l’hôtel de ville. Après près d’une heure de débats, la séance fut levée sans qu’aucun compromis entre les deux parties antagonistes, à savoir un groupe d’élus dissidents et le président de l’APC qui a refusé les propositions de nomination aux postes de vice-présidents formulées par ses opposants, ne soit trouvé.

Selon le maire Smara Abdennour, « les propositions du groupe sont insensées pour la simple et unique raison que 05 des membres proposés aux postes de Vice présidents, avaient depuis plusieurs mois déposé leur démission officielle et que leurs demandes de démission ont été entérinées par l’administration», avant d’ajouter « comment pourrais-je accepter ces propositions alors que les élus démissionnaires n’ont pas travaillé lors de ces 10 derniers mois et se sont abstenus de toute activité au sein de l’assemblée communale »  . Du coté du groupe des 10 membres de l’APC dissidents, 08 élus FLN et 02 RND, leur demande d’une reconfiguration profonde de l’exécutif, avec une nouvelle composante aux postes de vice-présidents et à la tête des commissions, est irréversible et non négociable.
C’est d’ailleurs, l’une des raisons principales, la raison de la dissension entre ce groupe d’élus et le maire d’Aïn El Türck qui a pris la forme d’un conflit personnalisé. Selon le maire, Smara Abdennour, tous les efforts en son pouvoir ont été fournis pour rassembler les membres de son assemblée, en acceptant une gestion collégiale, avec des nominations aux postes essentiels, d’élus ayant la compétence requise, et ce dans l’intérêt général de la commune et de ses citoyens. «Sauf que, certains parmi ce groupe de dissidents sont animés par une volonté féroce de servir leurs intérêts personnels, au lieu de ceux de leurs concitoyens par lesquels, ils ont été élus ».
A noter qu’au moment de la tenue des délibérations, un fort cordon de police veillait à l’extérieur de l’édifice où des citoyens s’étaient rassemblés pour attendre les résultats de cette confrontation. Lors de la levée de la séance, le maire sortant d’obédience RND, élu actuel dans cette assemblée, a été pris à partie par des citoyens. Selon ces mêmes citoyens, le blocage de l’assemblée est dû en partie à la proposition du groupe de dissidents de le nommer au poste de vice président, chargé de l’urbanisme, alors que sa gestion passée avait été décriée.
Quoiqu’il en soit, le maire, Smara Abdennour, a déclaré » se référer aux décisions du wali d’Oran, pour prendre les mesures nécessaires envers le groupe de dissidents, notamment ceux qui ont déposé leur démission, et lesquels voudraient aujourd’hui opérer un coup de force pour revenir aux postes de commande ».
Karim Bennacef