mardi , 28 janvier 2020
<span style='text-decoration: underline;'>Ecosystème</span>:<br><span style='color:red;'>Vers la revalorisation des Iles Habibas</span>

Ecosystème:
Vers la revalorisation des Iles Habibas

Les Iles Habibas, dans le nord-ouest d’Oran, seront transformées en véritable Mecque des estivants et des touristes, nationaux et étrangers. Et pour cause, elles connaîtront dans si peu, d’importantes transformations à commencer par leur requalification en procédant d’abord par leur réaménagement et ce, dans le cadre de la mise en application de la convention signée conjointement par l’Algérie et l’Italie portant essentiellement sur la revalorisation de ce site.

L’Italie s’invite de par son expérience en ayant déjà à son actif une expérience similaire en ayant requalifié et réaménagé l’ile italienne Tivolar. Les acteurs, ayant une relation directe ou indirecte avec le tourisme et l’environnement, sont donc invités à se mettre de la partie pour sauvegarder cet important site attirant, de plus en plus, des touristes et des curieux mais aussi des chercheurs vu la richesse lambda que recèle cette ile. Les îles Habibas sont situées au large à une trentaine de kilomètres au Nord-ouest de la ville d’Oran. Elles font partie du territoire de la commune d’Aïn El Kerma dans la wilaya d’Oran.
Elles sont gérées par le commissariat national du littoral algérien. Elles accueillent de nombreuses espèces végétales et animales dont certaines sont endémiques. Les îles sont classées comme réserve naturelle maritime depuis 2003 et comme aire spécialement protégée d’importance méditerranéenne depuis 2005. Le commandant Cousteau et son célèbre navire La Calypso, accostèrent aux îles Habibas en 1977, Cousteau déclara au sujet des îles Habibas, qu’elles sont l’un des 100 derniers cailloux perdus de la Méditerranée. Les îles Habibas sont constituées de deux îles à savoir Touria qui est l’île principale et la plus grande avec ses 1200 mètres de longueur, 103 mètres de hauteur et de 160 à 600 mètres de largeur. La seconde île se situe au Nord-est de l’île principale, elle est beaucoup plus petite et aussi plus difficile d’accès. Au sommet de l’île principale se trouve le phare de l’île, construit en 1878 par les français et qui est toujours en fonction. A l’Ouest de l’île se trouve l’anse de la morte, la dépouille d’une femme espagnole fut découverte à cet endroit. A l’Est, l’on trouve la crique des pêcheurs et son petit port avec un quai aménagé permettant à de petits bateaux d’accoster. Plusieurs autres petites criques sont disséminées tout autour des îles Habibas. Il est possible de se rendre et de visiter les îles Habibas, voire même de dormir sur place; à la belle étoile. Pour cela, il faudra prendre contact avec une personne possédant un bateau de plaisance; un Zodiac est amplement suffisant. Une autre solution est de se rendre par route au petit port maritime de Bouzadjar dans la wilaya d’Aïn Témouchent, en moyennant finances; un bateau de pêcheur pourra embarquer les visiteurs et les curieux dans cet espace paradisiaque. Les points de départ conseillés pour se rendre aux îles, sont la plage de Madagh, la plage de Cap Blanc et le port de Bouzadjar. Un seul risque est toutefois à éviter, ne jamais s’aventurer dans les Iles lorsque la mer est agitée. Le risque zéro n’existe pas.
Mohamed Aissaoui