lundi , 21 janvier 2019

....:
Yennayer, une fête authentiquement nationale

Les Algériens ont montré une rare volonté à maintenir presque intact leur ciment culturel et identitaire. Et pour cause, près de 3000 ans après, ils tiennent encore à Yenayer, tout en donnant aux autres fêtes, notamment religieuses, un goût spécifiquement algérien. Il n’y a pas que cela, le passage à l’année 2019 que nous avons fêté, il n’y a pas si longtemps, a lui aussi, un petit quelque chose en plus qu’on ne retrouve pas chez les autres sociétés musulmanes. Bref, les Algériens ont su construire une identité qui a réussi à faire convergence du passé, du présent, de l’universalité et de l’authentique.
Peut-on affirmer pour autant que les Algériens sont spéciaux. On serait tenté de répondre par l’affirmative à cette interrogation, en ce sens qu’il y a dans l’attitude de notre société un petit quelque chose qui nous distingue du reste du monde. Il est entendu que toutes les sociétés disent la même chose d’elles-mêmes. Mais, il faut bien se rendre à l’évidence que les Algériens ne laissent pas déférents. Ils font peur à certains et forcent l’admiration d’autres. Enfin, il est clair que les Algériens ne passent pas inaperçus. On serait même tenté de dire que le monde serait fade sans nous.
La période que nous vivons est très spéciale. Il n’y a pas que Yenayer, il y a aussi nos Verts qui préparent sérieusement la prochaine coupe d’Afrique des Nations qu’abritera l’Egypte. Tout le monde a encore en mémoire l’épopée de 2009 et tous voudraient retrouver les folles sensations d’une victoire authentiquement algérienne. Une pareille occasion où toutes les étoiles nous sourient est trop rare pour qu’on la laisse passer, sans en profiter.
Il faut bien se mettre en tête que des occasions pour les partisans de l’auto flagellation ne manqueront pas. La parfaite image d’unité nationale que renvoient les célébrations de Yenayer aux quatre coins du pays, est un motif de grande satisfaction pour l’ensemble du peuple algérien.
Les Algériens célébreront donc l’événement dans la sérénité et la fierté d’une identité sauvegarder, malgré les invasions, les tentatives d’aculturation, la colonisation et les autres défis qui, il faut bien en convenir, ont bel et bien été relevés par ces nombreuses générations d’Amazigh qui ont tenu bon, jusqu’à voir leur nouvel an, officiellement célébré dans leur pays. Un jour férié qui consacre l’indépendance effectivement recouvrée, avec en prime un regard apaisé sur l’histoire de la nation. Le nouvel an universel et les fêtes religieuses témoignent de l’ouverture d’esprit d’une société qui s’est battue pour son identité, mais n’a jamais rejeté les autres.

Par Smaïl Daoudi