dimanche , 17 février 2019

...:
Zélateurs voraces

Des Algériens se sont plaints de la prévalence de la corruption dans leur pays et ont ouvertement prononcé quelques noms connus, histoire de crédibiliser leur propos, même s’ils n’avancent aucune preuve sérieuse. Ces messieurs, des bons samaritains à leurs heures perdues, croient dur comme fer qu’il suffirait de semer autour d’eux la vindicte et les accusations fantaisistes pour passer pour des «héros» des temps modernes. Leur côté Samaritain vient de leur tendance à dire tout ce que les Occidentaux veulent entendre de méchant sur les responsables algériens. Ils sont Samaritains parce qu’ils jurent sur tout ce qu’ils possèdent qu’ils ne prennent pas un sou en échange des insultes qu’ils profèrent à l’endroit des responsables algériens.
Ils écument les plateaux de télévisions étrangères, principalement françaises et qataris, non pas pour apporter une opinion utile à comprendre les enjeux qui sous-tendent la situation du pays en ces temps troubles où la mondialisation ravage tout sur son passage, mais pour demander aux instances de cette même mondialisation, dont ils semblent être les serviteurs zélés, de poursuivre lesdits responsables en justice. Une perche tendue aux comploteurs de tout bord, de monter des scénarios les plus invraisemblables qui ont fait sombrer des pays entiers dans le chaos et dont, l’un d’eux, le Venezuela, vit un épisode douloureux fomenté par les zélateurs de l’impérialisme US.
Nos vaillants «Samaritains» comme ceux d’Irak, de Syrie, de Libye et d’ailleurs, doivent être satisfaits d’avoir été reçus par des médias prestigieux, certains pas des hauts responsables occidentaux. Ils ne s’en cachent. Ils le disent autour d’eux. Ils l’ont d’ailleurs tellement crié sur tous les toits qu’il arrive que leurs petites escapades fassent le buzz sur la Toile. Ils se servent de ces «coups de pub» pour donner de l’eau au moulin à Trensparensy International, et autres diplomates sournois.
On attend bien entendu qu’un beau jour, une association américaine affiliée à Transparency International, s’adresse à l’une des ambassades algérienne en Occident pour leur demander d’informer le gouvernement algérien sur les combines des Benalla et consorts qui continuent de piller l’Afrique. D’autres, tapis dans l’ombre de leurs gouvernements, continuent à s’offrir impunément de grandes parts du gâteau du tiers monde. Il en est qui n’hésitent même pas à piocher dans les poches des petits Européens, Gilets jaunes en témoignent. A chacun ses zélateurs, les nôtres sont simplement plus «voraces».

Par Nabil.G