mercredi , 22 septembre 2021
<span style='text-decoration: underline;'>Affaire de «beau Rivage» à Ain Turck</span>:<br><span style='color:red;'>1 et 3 ans de prison ferme requis contre le gérant et les cinq employés</span>

Affaire de «beau Rivage» à Ain Turck:
1 et 3 ans de prison ferme requis contre le gérant et les cinq employés

Des peines de 1 et 3 ans de prison ferme ont été requises contre les six individus inculpés dans l’affaire de «Beau-Rivage».

En effet, les six mis en cause dont une fille «serveuse» et le gérant de l»établissement hôtelier «Beau Rivage» ont comparu dimanche 4 juillet devant le parquet près le tribunal d’Ain Turck pour répondre aux chefs d’inculpation du violation de confinement et non respect aux mesures sanitaires et la distanciation sociale, ainsi que mise en danger de la santé publique.
Le représentant du ministère public a requis 3 ans de prison ferme à l’encontre du gérant tandis qu’il a requis 1 an de prison ferme à l’encontre des cinq employés de la boîte. Rappelons que les six mis en cause ont été présentés le 27 juin dernier devant le parquet où ils ont bénéficié tous d’une citation directe à comparaître devant le juge.
Les faits de cette affaire remontent à vendredi 25 juin à l’aube quand une cinquantaine de personnes ont été arrêtées en flagrant délit par la police, à 3h du matin dans la boîte de nuit de cet établissement hôtelier dit «Beau Rivage», sis à Bousfer Plage. Il s’est avéré que les mis en cause se trouvaient dans un espace étroit en consommant de l’alcool sans aucun respect des mesures de confinement et de la distanciation sociale.
53 personnes ont été conduites au commissariat d’Ain Turck où les P.V. ont été rédigés à leur encontre, les accusant du non-respect des mesures obligatoires de confinement. Alors que six individus dont une femme «une serveuse», ont été interpellés et placés en garde à vue.
L’opération s’est soldée par la saisie d’une quantité de boissons alcoolisées estimée à 1488 unités de différentes marques. Ainsi qu’un matériel musical. Appelés à la barre, les mis en cause ont déclaré qu’ils organisaient une fête privée. Ils ont nié en bloc les charges retenus contre eux. Après la plaidoirie de la défense, le juge a décidé de reporter les délibérations pour la semaine prochaine.
H.B