dimanche , 14 août 2022
<span style='text-decoration: underline;'>Gisement de gaz découvert par Sonatrach</span>:<br><span style='color:red;'>10 milliards de m3 supplémentaires mis sur marché d’ici la fin de l’année</span>

Gisement de gaz découvert par Sonatrach:
10 milliards de m3 supplémentaires mis sur marché d’ici la fin de l’année

Un important gisement de gaz à condensat a été découvert par le groupe Sonatrach au niveau du périmètre d’exploitation de Hassi R’Mel (Laghouat). Cette découverte a été annoncée par la compagnie nationale dans un communiqué rendu public lundi dernier.

Le directeur de division pétrolière Engineering développement, activité Exploration et Production au sein de la Sonatrach, Mahmoud Djidjelli, est revenu sur cette découverte tout en donnant des détails sur son potentiel de ce gisement gazier. Intervenant, hier, sur les ondes de la chaîne III de la Radio, il a annoncé d’emblée la quantité qui peut être produite au sein de ce site, soulignant qu’il s’agit de 10 milliards de m3. «Avec le nouveau gisement gazier, découvert récemment à Hassi R’Mel, Sonatrach peut mettre 10 milliards de m3 supplémentaires sur le marché mondial d’ici la fin de l’année», a-t-il déclaré, précisant que ce gisement a été découvert par Sonatrach.
«La découverte de ce nouveau gisement à Hassi R’Mel est réalisée à 100% par le Groupe Sonatrach», a-t-il déclaré, affirmant que le site est important compte tenu de son emplacement et non de son volume de production. «L’emplacement de cette découverte est plus important que les volumes qu’elle va offrir. Contrairement aux autres gisements qui nécessitent 15 à 20 ans pour leur exploitation, celui-ci peut être développé en six mois, vu son emplacement. Car tout est fin prêt, à savoir le planning des travaux, les installations pour le traitement, le réseau de collecte et de production qui existent déjà», détaille M. Djidjelli.
Outre ce nouveau gisement récemment découvert par le groupe pétrolier, le même responsable a affirmé que d’autres gisements pétroliers et gaziers sont en cours d’exploration. « 80% de l’activité de Sonatrach est centrée sur l’exploration. Nous avons déjà entamé le développement de la zone de Touggourt, qui a un potentiel de 80 000 barils/j », détaille-t-il. M. Djidjelli a souligné dans ce cadre que « le gisement de Ain Tsila va entrer en production, à partir de l’année prochaine, avec une capacité de 12 millions de m3/j».
À une question sur les projets pétroliers de Sonatrach dans l’offshore, l’invité de la Radio nationale a affirmé qu’ils sont dans la phase de l’exploration. Les travaux en offshore ont déjà été entamés. La sismique 3D a déjà été acquise et évaluée au large de Skikda », fait-il savoir, en précisant que « les travaux se poursuivent à Tlemcen, Mostaganem, Béjaïa, Skikda ».
« Le potentiel n’est pas encore avéré», a-t-il ajouté. Pour M. Djidjelli, « à l’heure actuelle, les potentiels en offshore ne sont pas importants, vu la cherté des coûts d’investissement. » Il convient de rappeler que Sonatrach a annoncé, lundi dernier dans un communiqué, une importante découverte de gaz à condensat dans le périmètre de Hassi R’Mel. «Sonatrach annonce, ce jour, qu’elle a mis en évidence un potentiel important en hydrocarbures dans le réservoir Lias Carbonaté -LD2- au niveau du périmètre d’exploitation de Hassi R’Mel», souligne le document. «L’évaluation préliminaire de ce potentiel a montré un volume qui varie entre 100 et 340 milliards de m3 de gaz à condensat», ajoute la même source, précisant que «ces volumes constituent l’une des plus grandes réévaluations des réserves des 20 dernières années». «Un programme de travaux de développement est en cours d’exécution pour confirmer les volumes estimés et réaliser des productions en fasttrack de l’ordre de 10 millions de m3 par jour à partir du mois de novembre 2022», conclut Sonatrach.
Mohand.S