vendredi , 25 septembre 2020
<span style='text-decoration: underline;'>Secteur El Othmania - Oran</span>:<br><span style='color:red;'>109 765 pièces d’état civil délivrées en un mois</span>
© Illustration

Secteur El Othmania - Oran:
109 765 pièces d’état civil délivrées en un mois

Pour le seul mois de janvier 2018, le service d’Etat civil, relevant de la délégation communale El Othmania, a délivré 109 765 pièces et documents, demandés par les citoyens, avant le 20 de ce mois, a relevé la chef de ce service, très sollicité par les administrés pour la constitution d’un dossier.

Pour le commun des mortels, ce chiffre paraît effarant et exagéré. Mais, il suffit de faire un tour dans les locaux de ce secteur urbain, pour comprendre cet engouement pour la demande de documents affichée par les femmes, les jeunes et vieux regroupés devant les différents guichets ouverts dans le vaste le hall d’accueil. Et l’on est en droit de s’interroger sur cette fâcheuse habitude qu’ont pris les citoyens en perpétuelle quête de nouveaux documents administratifs ou pour tout autre chose relative à la correction des erreurs mentionnées dans les pièces d’Etat civil. Il est vrai que l’informatisation des services administratifs et la modernisation des structures d’accueil, ont pratiquement mis fin à ces situations intenables vécues par le passé. Les services centralisés où l’exploitation des archives se faisait sur le registre matrice.
Les files d’attente exaspéraient les citoyens qui assistent souvent à des scènes de pugilat entres les préposés au service et des individus impatients et incontrôlables. Il est vrai aussi qu’en matière de service public amélioré, l’APC d’Oran s’est vu décernée le titre de «Commune pilote» par le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales pour avoir réussi dans les délais très courts, l’installation et la mise en service de l’Intranet au niveau de la Direction de l’Etat civil central et les douze délégations communales qui servent également des documents d’Etat civil un guichet spécial «Hors wilaya», c’est-à-dire pour les citoyens nés dans les 47 autres wilayas.
Tous les documents de voyages, d’identité nationale, les permis de conduire, les cartes grises et d’autres pièces ayant trait à la construction sont à présent délivrés dans les secteurs urbains. Dans un passé récent, le demandeur devait se déplacer dans sa lointaine commune d’origine pour prétendre à un document officiel. C’est dire le gain de temps engrangé par les administrés dans un service public nettement amélioré.
Mais cela n’explique pas cette propension à solliciter très souvent les services administratifs du secteur urbain, dont le directeur et le délégué doivent faire face à d’autres exigences, comme le maintien de l’hygiène dans les quartiers, l’entretien de l’éclairage public, de la voirie et des espaces verts, des écoles, garderies d’enfants et des cantines scolaires, quand ce n’est pas des litiges, relatifs au respect des normes et des règles d’urbanisme. S’agissant du bilan établi par le secteur urbain El Othmania, il y a lieu de signaler, que les agents du service d’Etat civil, ont délivré durant cette période, 26 500 actes de naissance, pour les demandes intra wilaya d’Oran, 7 000 actes de décès, 18 000 fiches familiales, 16 000 certificats de résidence, 4 000 certificats de célibat, 490 autres de non remariage, 120 attestations d’unique mariage, 12 500 actes de mariage, 15 000 actes de naissance et 10 000 fiches familiales en français.
Enfin, pour le maire d’Oran, l’ouverture prochaine de six autres délégations communales qui viennent en complément des douze existantes, atténueront sensiblement le fléau de la bureaucratie, un phénomène ayant trop duré, dans cette grande collectivité locale, qui a bénéficié d’autres projets d’équipement, à même de réhabiliter la notion du mieux vivre pour ses habitants.

Abdallah.B