dimanche , 28 février 2021
<span style='text-decoration: underline;'>Energie</span>:<br><span style='color:red;'>20 mds/USD d’exportation d’hydrocarbures en 2020</span>

Energie:
20 mds/USD d’exportation d’hydrocarbures en 2020

Le volume global des exportations d’hydrocarbures a atteint 82,2 millions en tonnes équivalent pétrole (TEP) en 2020 pour une valeur de 20 milliards de dollars, soit des baisses respectives de 11% et de 40% par rapport à 2019.

Selon le ministère de l’Energie, la plupart des indicateurs du secteur ont connu «une tendance baissière durant l’année 2020, en raison de l’impact de la pandémie du Covid-19 sur l’économie nationale», soulignant que la moyenne des cours de pétrole a baissé à 42 dollars baril en 2020, contre 64 dollars durant l’année passée, soit une perte de près de 23 dollars par baril (-35%). En comptabilisant les exportations hors hydrocarbures du secteur de l’énergie (pétrochimie et autres), la valeur des exportations du secteur atteindra au total 22 milliards de dollars en 2020, selon le même bilan.
Concernant les revenus de l’Etat, un montant de 1.853 milliards de DA de fiscalité pétrolière a été versé au Trésor public durant l’année 2020, en baisse de 31% par rapport au montant de 2019, a ajouté le ministère de l’Energie.
S’agissant des investissements, le montant mobilisé par le secteur pour le développement de ses activités a atteint 7,3 milliards de dollars, en baisse de près de 30% par rapport aux réalisations de 2019, qui étaient de 10,2 milliards de dollars. En termes de création d’emploi, le secteur de l’énergie emploie aujourd’hui plus de 285 000 agents contre 284.000 en 2019, soit une création de près de 1 000 emplois directs.
Quant à la production commerciale d’hydrocarbures primaires, elle a atteint 142 millions Tep à fin 2020, contre 157 millions Tep durant la même période de l’année 2019, reflétant une baisse de près de 10%.
Dans le segment du raffinage, il a été constaté aussi la baisse des volumes de pétrole traité durant cette année, ce qui a induit une diminution de la production de produits raffinés à 28 millions de tonnes, en baisse (-1,6%) par rapport à 2019. Pour la production des complexes GNL, elle a atteint 24 millions de m3 GNL, soit une baisse de 11% par rapport à l’exercice 2019, tirée principalement par la réduction de la charge du complexe GL1K, suite à l’arrêt annuel pour maintenance.
L’évolution du marché intérieur a été marquée par une baisse importante de la demande d’énergie, sous toutes ses formes. Ainsi, la consommation nationale d’énergie (Gaz et Produits pétroliers) est passée de 67 millions de TEP en 2019 à 59 millions de TEP en 2020, soit une baisse de -13%.
A propos du raccordement des foyers en électricité et gaz, le nombre d’abonnés au réseau électrique national a été porté à 10,4 millions, tandis que celui du gaz a atteint les 6,4 millions de clients, a précisé le ministère dans une synthèse portant sur le bilan annuel des réalisations provisoires du secteur.
S’agissant du raccordement prévu dans le programme ciblant les zones d’ombre, le ministère a fait état de 822 projets qui ont été réalisés pour l’électricité (soit un taux de 19%) sur un objectif 4.381 projets et 482 projets réalisés dans le domaine du gaz sur 1.882 projets prévus (25%).
En matière de recherches et de nouvelles découvertes, le ministère de l’Energie a fait état d’une baisse de l’effort global d’exploration et de développement, (-44%) pour atteindre 485 milliers de mètres forés en 2020, avec l’achèvement de 166 puits, contre 265 puits en 2019.
Noreddine O