dimanche , 29 novembre 2020
<span style='text-decoration: underline;'>Accidents de la circulation </span>:<br><span style='color:red;'>3.639 morts et plus de 25.000 blessés enregistrés en 2017</span>

Accidents de la circulation :
3.639 morts et plus de 25.000 blessés enregistrés en 2017

L’Algérie continue d’occuper les premières places dans la liste des pays qui enregistrent le plus grand nombre de morts sur les routes. Et pour l’année 2017, le pays n’a pas dérogé à la règle.

En effet, selon les statistiques du Centre national de prévention et de sécurité routière (CNPSR), l’Algérie a enregistré en 2017, 25.038 accidents de la circulation ayant entraîné la mort de 3.639 personnes et la blessure de 36.287 autres au niveau national.
L’hécatombe routière se poursuit en Algérie. En 2017, plus de 3.600 personnes ont perdu la vie et près de 36.287 autres blessées dans plus de 25.000 accidents de la circulation. Avec ce chiffre macabre, l’Algérie continue de s’inscrire parmi les pays où l’on conduit le plus mal. Malgré ce chiffre sanglant, il faut dire que le bilan des victimes des accidents de la route en Algérie, a connu une baisse durant les dernières années et ce, grâce aux mesures de sécurité routière et aux procédures juridiques rigoureuses contenues dans la nouvelle législation, ainsi qu’aux campagnes de sensibilisation ayant mené à une baisse continue des indicateurs de l’insécurité routière.
Déjà, par rapport à l’année 2016, le CNPSR note une baisse du nombre d’accidents (-13.23%), du nombre de morts (-08.84%) et du nombre de blessés (-17.54%)», alors qu’en 2016 il a été enregistré 3.992 morts dans 28.856 accidents de la route, précise la même source.
Dans ce domaine, où l’on enregistre également un recul de la culture civique et de la responsabilité citoyenne, beaucoup d’efforts et d’initiatives restent à faire et à prendre pour résorber les retards et combler les déficits. D’ailleurs, l’analyse des données fournies par le CNPSR, fait ressortir qu’environ 96% des accidents de la route enregistrés durant le premier semestre de l’année précédente, sont dus au facteur humain, à savoir l’excès de vitesse avec un taux avoisinant 22% outre le manque de vigilance des conducteurs dans les cités urbaines (13.15%) et les dépassements dangereux (6.37%). La tranche d’âge 18-29 ans, constitue la tranche des conducteurs les plus impliqués dans les accidents de la circulation. Selon les statistiques fournies par le CNPSR, les conducteurs titulaires de permis de moins de 2 ans, sont impliqués dans 27% des accidents. La valeur des dégâts matériels annuellement dépasse 100 milliards de DA, selon des statistiques fournies par le laboratoire de transport à l’université de Batna en 2016.
Dans le cadre de la lutte contre les accidents de la circulation, le CNPSR a initié plusieurs opérations et campagnes de sensibilisation relatives à la prévention et à la sécurité routières en mobilisant différents moyens, notamment les supports médiatiques pour sensibiliser les automobilistes.
Alger: Samir Hamiche