lundi , 17 mai 2021
<span style='text-decoration: underline;'>Réhabilitation de la Casbah</span>:<br><span style='color:red;'>3 projets réceptionnés avant fin 2018</span>
© APS

Réhabilitation de la Casbah:
3 projets réceptionnés avant fin 2018

Trois projets s’inscrivant dans le cadre de la  réhabilitation de la cité antique de la Casbah seront réceptionnés avant la  fin de l’année 2018, a indiqué le responsable chargé du dossier de la  Casbah auprès de la wilaya d’Alger, Said Guellal.Il s’agit notamment des projets de restauration des sites Dar El Baroud (poudrière) et de la Mosquée du Dey, et des  canalisation  d’assainissement des eaux usées la Casbah, a-t-il précisé ajoutant que les  travaux vont bon train.  
Invité de la radio Culture dans le cadre d’une journée ouverte organisée à  Dar Aziza, à l’occasion de la célébration de la Journée nationale de la Casbah, M. Guellal a indiqué que les travaux de restauration et de  réhabilitation de la Casbah d’Alger, site historique classé au patrimoine mondial de l’humanité et placé sous la tutelle de la wilaya d’Alger,  avançaient à bon rythme, faisant état de la réception prochaine de 3  projets sur les 10 projets en cours de réalisation, notamment les sites de  Dar El Baroud et de la Mosquée du Dey, outre les travaux de restauration de  3 canalisations d’assainissement des eaux usées.Il a annoncé, à cette occasion, l’achèvement pour fin 2018, du projet de  restauration de 3 canalisations  d’assainissement des eaux usées sur une longueur de 1.6 km placés sous la supervision de la direction des  Ressources en eau de la wilaya d’Alger, en charge de travaux de  restauration en recourant, a-t-il dit à des techniques modernes.  L’opération de restauration au niveau de ce site a permis de découvrir  plusieurs pièces archéologiques, a-t-il fait savoir.  Le même responsable a rappelé que l’enveloppe allouée pour l’exécution de  la première tranche des opérations de restauration des sites et vestiges de  la Casbah s’élevait à 24 milliards DA, comprenant la restauration de 212  bâtisses historiques prises en charge dans le cadre du plan permanent de  sauvegarde de la Casbah.
La Casbah qui s’étend sur une superficie de 105 hectares comprend 1816  bâtisses, dont 212 ayant été programmées dans le cadre du plan  d’intervention d’urgence, a indiqué M. Guellal, relevant que 10 sites  historiques et révolutionnaire faisaient l’objet actuellement d’opérations  de restauration et de réhabilitation, à l’image notamment du «Palais du  Dey» (Haute Casbah) et ses trois annexes, à savoir Dar El Baroud, la  mosquée du Dey et la Mosquée El Berania, au site du palais du Dey  s’ajoutent également le Palais Hassan Bacha, la Maison Bachtarzi et les  maisonnettes de la rue Ouslimani à la basse Casbah, ainsi que la maison de  la moudjahida Djamila Bouhired et d’autres mosquées et habitations  mitoyennes.  Selon la même source, la wilaya d’Alger avait lancé, en collaboration avec  la direction des travaux publics, un appel d’offre en direction des bureaux  d’études, comprenant pour la première phase, 17 lots sur les 33 existants  pour la restauration et la réhabilitation de 7 palais historiques, dont le  Palais de Khedaoudj, tandis que les travaux de poursuivent au niveau des  mosquées Sidi M’Hamed Cherif et Sidi Ben Ali et 78 autres bâtisses.  Il a ajouté que les travaux, lancés fin 2016, étaient supervisés par des  entreprises, bureaux d’étude et spécialistes algériens, dont 100  architectes et techniciens supérieurs, agréés par le ministère de la  Culture en vertu de la loi  98-04 relative à la protection du patrimoine.
Ces travaux ont permis de créer 1200 postes au profit de jeunes dans les  différents métiers du bâtiment, a fait savoir M. Guellal.  La durée de réalisation des travaux de restauration diffère d’un site à un  autre en fonction du niveau et de l’état de dégradation des bâtisses, ce  qui explique la difficulté de définir avec exactitude la date de réception  de ces travaux.  Ce tissus urbain comprenant plus de 60.000 habitants sur une superficie de  105 hectares était géré par l’Office de gestion et d’exploitation des biens  culturels (Ogebc), avant la création, en 2013, de l’Agence nationale des  secteurs sauvegardés (Anss).
Suite à la décision de transférer le dossier de la casbah de la tutelle du  ministère de la Culture à la wilaya d’Alger, cette dernière assure à  travers sa direction des équipements publics, l’opération de restauration  du Centre historique d’Alger, rappelle M. Guellal, précisant que le  département de la culture continue à assurer l’appui et le suivi technique  par le biais de l’Agence de réalisation des grands projets culturels  (ARPC).  La wilaya d’Alger assurera la gestion de ce dossier du patrimoine matériel  en adéquation avec le plan permanant de sauvegarde et de mise en valeur  adopté par le Gouvernement en 2012.