lundi , 17 mai 2021
<span style='text-decoration: underline;'>Fermeture des usines de montage automobile</span>:<br><span style='color:red;'>51.000 postes d’emploi perdus en 2020</span>

Fermeture des usines de montage automobile:
51.000 postes d’emploi perdus en 2020

Le secteur de l’emploi de la branche du montage automobile et les filières dérivées ont pris un coup dur durant l’année 2020 où les statistiques des postes perdus donnent froid au dos.Samir Hamiche

Outre le secteur du BTP, de nombreuses activités dont le montage automobile, l’électroménager et les industries de transformation ont été touchées de plein fouet par la suspension des importations due particulièrement aux retombées de la pandémie du coronavirus. Ainsi, 51.000 postes d’emploi ont été perdus en 2020 suite à la fermeture des usines de montage automobile et à l’arrêt de l’importation des produits destinés au montage des appareils électroménagers.
Ces chiffres qui donnent le tournis ont été rendus public, hier, par le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, El Hachemi Djaaboub, lors d’une visite effectuée à la wilaya de Chlef.
Le ministre qui intervenait lors d’une allocution prononcée au siège de la wilaya au terme d’une présentation sur l’état du secteur, a affirmé que «l’année 2020 a été marquée par la perte de 51.000 postes d’emploi suite à la fermeture des usines de montage automobile et à l’arrêt de l’importation des produits destinés aux usines de montage des appareils électroménagers».
Évoquant le volet de l’investissement et l’encouragement à la création d’entreprises, M. Djaaboub a appelé à faciliter et à accompagner les citoyens désireux d’investir. Il a ainsi fustigé certaines administrations pour leur «manque de réponse» à des citoyens disposant de terrain, de financement, d’expérience et de volonté pour l’investissement.
M. Djaaboub a souligné la disposition de son département pour booster l’investissement, affirmant que ses services veilleront à éliminer toutes les entraves afin d’arriver à cet objectif. Il a souligné aussi l’impératif de conjuguer les efforts de plusieurs parties pour permettre aux jeunes diplômés universitaires de s’insérer facilement dans le monde professionnel. «Le développement économique exige la participation de tous et à tous les niveaux pour contribuer à la création de postes d’emploi et au recrutement des jeunes et des diplômés de l’université», a-t-il indiqué.
Le membre du gouvernement a évoqué aussi le dossier du pré-emploi et les dispositions prises par son département pour intégrer cette catégorie dans des postes permanents. Pour le ministre, qui a évoqué l’intégration des bénéficiaires de contrats pré-emploi, ce dossier constitue l’une des priorités du Président de la République.
Pour appuyer ses dires quant aux efforts de son département dans l’insertion professionnelle des pré-emplois, il a rappelé la titularisation de 37.000 jeunes durant les trois derniers mois. M. Djaaboub a indiqué que son département suivait l’opération d’insertion wilaya par wilaya, précisant que le nombre des bénéficiaires de l’intégration dans des postes permanents est passé de 20.000 en octobre dernier à 57.000 actuellement. L’opération se poursuit en collaboration avec les secteurs des Finances et de la Fonction publique, a-t-il ajouté.
Pour ce qui est du programme de sa visite dans la wilaya de Chlef, M. Djaaboub a procédé à l’inauguration du siège de la Caisse nationale des Congés payés et du chômage-intempéries des secteurs du Bâtiment, des Travaux Publics et de l’Hydraulique (CACOBATPH) et l’inspection de certains projets et organismes relevant du secteur de l’emploi. Il a également suivi un exposé sur l’état du secteur, avant de visiter le siège de la Caisse nationale de la sécurité sociale des non-salariés (CASNOS) de la wilaya.
Il faut signaler enfin qu’en plus de la suspension de l’importation, la filière du montage automobile a été mise à rude épreuve suite au processus de lutte contre la corruption, lancé par les autorités en mars 2019. La lutte contre la corruption, rappelons-le, a été l’une des revendications phares du mouvement populaire. Des opérateurs qui se sont lancés dans le montage automobile se trouvent actuellement en prison.
Samir Hamiche