samedi , 27 février 2021
<span style='text-decoration: underline;'>Le Premier ministère a lancé l’année scolaire pour les collèges et les lycées et avertit</span>:<br><span style='color:red;'>«Le gouvernement prendra des mesures sévères pour empêcher la hausse des contaminations»</span>

Le Premier ministère a lancé l’année scolaire pour les collèges et les lycées et avertit:
«Le gouvernement prendra des mesures sévères pour empêcher la hausse des contaminations»

Le grand défi qui attend le ministère de l’Education nationale sera de garantir le suivi des cours et le déroulement des programmes dans un contexte épidémique inédit. Un équilibre difficile à atteindre, mais également une obligation pour les pouvoirs publics.

Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, qui a lancé, hier à partir d’Alger, la reprise des cours des cycles moyen et secondaire de l’Education nationale, n’a pas manqué de tirer profit de l’événement pour mettre en évidence son caractère exceptionnel cette année. En effet, retenant la progression inquiétante de la Covid-19 à l’échelle de tout le pays, le Premier ministre a prévenu sur l’intention du gouvernement de durcir le dispositif de confinement partiel en cas de hausse du nombre de contaminations. Faite lors de l’inauguration du lycée «Chahid Reguig Hamoud Ben Laid» à la nouvelle ville de Sidi Abdellah, cette affirmation poursuit l’objectif de réussir la scolarité des enfants malgré les conditions sanitaires exceptionnelles et difficiles. Pour le premier ministre, il est impératif de «sensibiliser les élèves aux dangers de la pandémie, qui est la responsabilité de tous. Cela pour que «la vie continue», a insisté M.Djerad. Il n’omettra pas de souligner l’importance de l’acquisition du savoir quelque soit les conditions sanitaires. «Ma présence ici est la preuve que les autorités publiques, et sur orientations du président de la République, continuent à s’acquitter de leur rôle pour assurer tous les moyens au profit du secteur éducatif», a affirmé le Premier ministre. Mais à charge pour les élèves de «se focaliser sur leurs études et à éviter toute forme de pression psychologique», précisera le Premier ministre.

Evoquant l’évolution de la situation pandémique en Algérie, M. Djerad a souligné l’importance de l’accompagnement de «l’armée blanche (personnel médical) qui fait face à ce virus, en tentant d’alléger la pression» sur elle, imputant l’augmentation des cas positifs en Algérie au non-respect des gestes barrières. Après avoir appelé à la responsabilité collective pour la sensibilisation de la société, le Premier ministre a dit que le «gouvernement prendra des mesures sévères pour préserver la société et empêcher la hausse des cas». Concernant le vaccin anti covid-19, M. Djerad a rappelé que «l’Algérie assurera, une fois le vaccin disponible, une distribution globale et complète à tous les citoyens, tous âges confondus».
Rappelons que cette seconde phase de la rentrée scolaire 2020 /2021, après celle du cycle primaire, lancée le 21 octobre dernier, a concerné 4.790.671 élèves sur un total de 10.095.367 élèves inscrits dans les trois paliers d’enseignement. Un total de 3.313.448 élèves sont inscrits dans le cycle moyen, encadrés par 169.684 enseignants, répartis à travers 5.780 CEM, contre 1.477.187 élèves pour le cycle secondaire, encadrés par 109.900 enseignants, répartis à travers 2.573 lycées.

Le grand défi qui attend le ministère de l’Education nationale sera de garantir le suivi des cours et le déroulement des programmes dans un contexte épidémique inédit. Pour cela, la tutelle a tracé les plans exceptionnels de reprise des cours pour les élèves des cycles moyen et secondaire, «en présentiel» dans la mesure du possible, tout en tenant compte de «la nécessaire» préservation de la santé des élèves et des personnels, exhortant le personnel de l’Education à sensibiliser les élèves et à les accompagner, en impliquant les parents d’élèves dans cette démarche. Un équilibre difficile à atteindre, mais également une obligation pour les pouvoirs publics. L’objectif final sera d’assurer une rentrée des classes dans un climat serein et paisible. Pour ce faire, les différents corps constitués (DGSN/CGGN) ne sont pas en reste et ont mis sur pied des plans de sécurité spéciaux.
Les dispositions prises, à l’échelle nationale, visent à sécuriser le périmètre des établissements d’enseignement en effectuant des patrouilles de contrôle aux abords des écoles notamment aux heures d’entrée et de sortie, le but étant de faciliter le trafic routier, préserver l’intégrité des élèves et s’assurer du respect des gestes barrières pour endiguer toute éventuelle expansion du coronavirus.
Anissa Mesdouf