mercredi , 25 novembre 2020
<span style='text-decoration: underline;'>Industrie</span>:<br><span style='color:red;'>AGM réalise près de 80% de son plan d’investissement </span>
© D.R

Industrie:
AGM réalise près de 80% de son plan d’investissement 

Le Groupe public de l’industrie mécanique (AGM), a réalisé jusqu’aujourd’hui, près de 80% de son plan d’investissement de 42 milliards de DA.
«N ous pouvons dire que le potentiel mécanique national existe bel et bien», selon Bachir Dehimi PDG d’AGM, qui rappelle que ces investissements ont été prévus par un plan d’action de ce groupe sur la période 2016-2022, axé autour du développement de ses activités à travers la modernisation de la gamme des produits, l’amélioration de leur qualité, le développement de l’intégration nationale ainsi que l’exportation. M. Dehimi explique que les équipements qui étaient fabriqués auparavant, commençaient à devenir d’«ancienne génération», autrement dit «obsolètes».
A travers ce plan d’action, il s’agit essentiellement de développer, sous le label des partenaires étrangers de ce groupe, des équipements de nouvelle génération et conformes aux standards internationaux afin de pouvoir faire face à la concurrence.
Dans le cadre des investissements réalisés avec ce partenaire américain, AGCO Massey-Ferguson, il est possible de passer à une capacité de production de 8.000 tracteurs/an d’ici deux (2) ans pour satisfaire les besoins complémentaires et de 10.000 unités/an l’année suivante pour passer à l’exportation, selon ses prévisions. Avec la production actuelle de 5.000 tracteurs/an, «le marché est aujourd’hui satisfait à près de 100%», fait-il valoir.
Idem pour les moissonneuses-batteuses fabriquées en partenariat avec Massey Ferguson: les capacités du groupe AGM ont atteint 1.000 unités/an, satisfaisant totalement la demande tout en prévoyant dans une prochaine étape, l’exportation de l’excédent, selon le même responsable.
Quant aux matériels agricoles de préparation du sol (charrues, herses…), fabriqués en partenariat avec la société portugaise Galucho, M. Dehimi avance que l’AGM est en mesure de satisfaire la demande nationale à hauteur de 80%. Concernant les moteurs pour camions tracteurs agricoles et grands engins de travaux publics, un projet est actuellement en cours de réalisation en partenariat avec Mercedes-Benz-Deutz-MTU à travers une société mixte créée il y a deux ans.
Par ailleurs, le même responsable dira que son groupe mise sur l’exportation «aujourd’hui, le potentiel à l’exportation existe, d’autant que nous allons proposer à l’exportation des produits avec le label du partenaire étranger», explique-t-il avant d’ajouter que 2018 sera pour le groupe l’année de l’exportation.
A ce propos, le P-dg d’AGM relève que des structures chargées de l’exportation ont été créées il y a plus d’une année, au niveau de chaque filiale du groupe.
Citant l’exemple des moissonneuses-batteuses, M. Dehimi indique qu’il existe déjà deux opportunités d’exportation vers le Moyen-Orient et l’Afrique.
Concernant le taux d’intégration atteint jusque-là par le groupe, il diffère d’un produit à un autre et est réalisé par les filiales de ce groupe.
Prenant l’exemple des tracteurs de nouvelle génération, le groupe avait commencé à faire de l’assemblage pendant une année avant de basculer, par la suite, vers la production de tracteurs intégrés. Ainsi, à fin 2017, le taux d’intégration dans la fabrication de ces tracteurs, a été de 37% y compris le moteur (15%) fabriqué par une autre filiale du groupe.
A la fin 2018, il est prévu de réaliser un taux d’intégration de 53% avant de passer à 61% à fin 2019 en dehors du moteur table-t-il.
Quant au taux d’intégration dans la fabrication des moissonneuses-batteuses, il avait atteint 63% en 2016 et 70% en 2017. Selon M. Dehimi, toutes les filiales du groupe activent dans la sous-traitance entre elles et avec leurs clients extérieurs (secteurs de l’énergie, des transports, ressources en eau…), précisant que l’apport du secteur privé dans le taux d’intégration des équipements fabriqués par le groupe, oscille entre 3 à 5% seulement.
Alger: Noreddine Oumessaoud