samedi , 17 avril 2021

Ain El Turck, au sommet des défaillances locales

L’actuelle APC de la commune balnéaire de Aïn El Türck ne cesse, depuis des années, d’être au cœur de divers scandales et dérives de gestion liés notamment au détournement du foncier, au faux et usage de faux, à la dilapidation de biens communaux, à la disparition de registres officiels de l’urbanisme et d’autres affaires instruites par la justice et impliquant bon nombre d’acteurs, opérateurs et gestionnaires élus au sein des APC successives, des plus anciennes ou toutes récentes. Ce scandaleux feuilleton livré à l’opinion et qui ne cesse d’être dénoncé dans la presse locale, a connu ces derniers temps, l’apogée du chaos et de la non-gestion affichée au grand mépris des habitants et de leurs préoccupations Ne «fonctionnant» depuis quelques mois qu’avec cinq élus seulement sur les 19 composant l’Assemblée, la Mairie d’Ain El Turck reste livrée à un hallucinant «brouillage» sur fond de conflits internes et de guerres de clans. Observateur bien averti de cette arène municipale, notre confrère à Ouest Tribune, explique que cet état de pourrissement de la situation à l’APC d’Ain El Turck, résulte de la forte capacité de nuisance «de cercles maffieux ayant pignon sur tout, avec leurs relais dans les administrations locales, les assemblées, les établissements de loisirs et même parmi la société civile». De tout temps livrée à la voracité des prédateurs venus d’horizon divers, la Commune d’Ain El Turck, comme toutes celles du littoral, a été prise en otage par des groupes, et des clans, souvent proches ou affiliés à des cercles mafieux ne reculant devant rien pour préserver les intérêts et les avantages de leurs membres. Et notre confrère confirme, à juste titre, qu’il ne s’agit pas là d’une incapacité ou d’une faiblesse de l’Etat à pouvoir régler la situation, mais plutôt d’une «spirale locale bien enracinée», mise en place pour mettre en échec toute initiative de changement et de rupture avec un mode de gestion communale perverti par la quête des privilèges et du gain illicite.

Par S.Benali