lundi , 17 mai 2021
<span style='text-decoration: underline;'>Lutte antiterroriste</span>:<br><span style='color:red;'>Alger et Washington sur la même longueur d’onde</span>
© APS

Lutte antiterroriste:
Alger et Washington sur la même longueur d’onde

La visite de la haute fonctionnaire américaine intervient dans une conjoncture particulière pour le Maghreb. Il faut savoir, en effet, que l’Onu a alerté, très récemment, sur la présence en Libye de plusieurs milliers de terroristes de Daech. Un état de fait très inquiétant pour les pays de la région.

Le dialogue stratégique algéro-américain axé sur la sécurité et la lutte antiterroriste, tiendra sa cinquième session à Alger au mois de juin prochain. Cette instance de concertation au niveau ministériel, passe pour être un véritable gage de sérieux dans les relations entre les deux pays et permet surtout à l’Algérie de faire passer ses visions pour ce qui concerne la région de l’Afrique du nord. C’est, en effet, à travers ce dialogue qu’Alger a réussi à convaincre Washington du bien fondé de son approche sur le dossier libyen, notamment. Cette rencontre annoncée par un communiqué du ministère des Affaires étrangères, vient couronner le tête-à-tête entre Abdelkader Messahel et Mme Alina Romanowski, Coordonnateur-adjoint de la lutte contre le terrorisme au Département d’Etat américain, en visite hier, en Algérie.
Outre la précision de la date et du lieu de la tenue de la prochaine session du dialogue stratégique, la visite de la haute fonctionnaire américaine intervient dans une conjoncture particulière pour le Maghreb. Il faut savoir, en effet, que l’Onu a alerté, très récemment, sur la présence en Libye de plusieurs milliers de terroristes de Daech. Un état de fait très inquiétant pour les pays de la région, dans un contexte de totale décomposition de l’Etat libyen, dont la composante scindée en deux entités divergente qui se font la guerre.
Il faut savoir à ce propos, que la question libyenne est la principale préoccupation du dialogue algéro-américain et les deux responsables en ont renouvelé tout l’intérêt qu’il porte à une solution négociée dans ce pays. Les entretiens entre Abdelkader Messahel et son invitée américaine, ont également permis de faire «un large échange de vues sur l’état de la coopération bilatérale en matière de lutte contre le terrorisme ainsi que sur la situation sécuritaire dans la région, notamment la question du retour des combattants terroristes étrangers et les menaces qu’ils font peser sur la sécurité régionale et internationale», précise le communiqué. Le propos est donc de se donner les moyens politique et logistique pour faire face à la menace.
Laquelle menace, pour imminente qu’elle paresse, est également complexe et nécessite une réelle connaissance du terrain des opérations. D’où l’«intérêt» des Américains de «développer davantage l’échange d’expériences et le renforcement de la coopération entre les deux pays, notamment en matière de dé-radicalisation et de renforcement des actions visant à tarir les nombreuses sources de financement du terrorisme». C’est tout le programme de l’Algérie que la haute fonctionnaire US a repris pour son compte, notamment la question de dé-radicalisation dont l’Algérie en a été le porte drapeau devant les instances internationales dédiées à la lutte contre le terrorisme. Côté algérien, le propos est surtout axé sur la sécurité du Continent noir. En ce sens, M. Messahel a mis en exergue, à cette occasion, «les efforts que consent l’Algérie en sa qualité de Coordonnateur de l’Afrique pour la prévention de la radicalisation et de la lutte contre le terrorisme sur le Continent». Il faut savoir, à ce propos, que l’Algérie abritera au mois d’avril prochain, une conférence internationale, avec pour principale mission, le renforcement de la lutte internationale contre le financement du terrorisme. Cette conférence sera organisée dans le cadre du Forum Global de lutte contre le terrorisme en collaboration avec l’Union africaine. Enfin, cette visite aura confirmé le rôle-clé de l’Algérie en tant qu’acteur majeur dans la région.
Alger: Smaïl Daoudi