jeudi , 18 août 2022
<span style='text-decoration: underline;'>Mostaganem</span>:<br><span style='color:red;'>Aménagement de l’hôpital Che Guevara</span>

Mostaganem:
Aménagement de l’hôpital Che Guevara

Il y’a plus de onze ans, le ministre de la santé de l’époque avait décidé sur un ton d’humeur, lors de sa visite de travail et d’inspection, de fermer le bloc opératoire de l’hôpital Ché-Guevara de Mostaganem qu’il qualifia d’étable, et promis d’accorder dix milliards de centimes pour son aménagement et sa réhabilitation. « Une peinture aurait suffit ».

Ladite subvention n’est parvenue que presque deux années plus tard. Alors, sans étude appropriée, les travaux d’aménagement ont commencé. Achevés, ces travaux se sont avérés avoir fait disparaître les normes universelles, puisque le bloc opératoire a subi une très mauvaise modification, portant préjudice psychique aux patients devant être opérés. Avant, la structure dudit bloc avait la forme d’un U à l’inverse ce qui séparait la salle post-opératoire (réanimation) de celle où l’on préparait le malade qui devait être opéré. La forme du U qui permettait l’isolement de l’opéré généralement dans un état d’inconscience pour ne pas être vu par celui qui va être opéré, a disparu parce qu’on a construit un mur qui a donné avec d’autres une salle qui sert de service d’orthopédie femmes. Ainsi, aujourd’hui, c’est dans la salle « post opératoire » que le patient qui va subir une intervention chirurgicale enlève, ses habits et se vêtit d’un pyjama tout en regardant les malades opérés, portant parfois des masques d’oxygène, et soumis à des inoculations de sérum. Cet état de fait est en contradiction avec les normes universelles de santé.
Le travail d’étanchéité est un fiasco, plusieurs fois, le bloc a été inondé par les eaux de pluie.
Ainsi, certains médecins et paramédicaux, conscients, souhaitent que les travaux d’aménagement et de réhabilitation qui débuteront bientôt à l’hôpital Che Guevara , suivant une étude, puissent redonner au bloc sa première forme selon les normes universelles. Rappelons que 50 milliards de centimes qui ont été alloués pour les travaux d’aménagement de l’hôpital et des services des urgences médicales, il y a sept ans, ont été gelés à la suite de la crise économique qui a frappé le pays, puis ont subi un dégel depuis quelques mois. Cependant, pour que les travaux répondent aux normes et ne soient pas un fiasco comme cela a été le cas pour ceux ayant modifié négativement le bloc opératoire, il faudrait responsabiliser ceux qui seront chargés du suivi. Ceux-ci doivent veiller à la bonne réalisation des différents éléments. (Les normes doivent être scrupuleusement respectées).
D’étranges rumeurs ont couru en ce qui concerne l’aménagement du bloc opératoire. «Redonnez lui sa forme originelle». Rappelons que l’hôpital Che Guevara est annexé au nouveau centre hospitalo-universitaire «Docteur Bensmaine Bouemdiene» sis à Kharrouba, Mostaganem.

Charef.N