lundi , 12 avril 2021
<span style='text-decoration: underline;'>Nazih Berramdane</span>:<br><span style='color:red;'>Appel à l’implication des étudiants dans la vie politique</span>

Nazih Berramdane:
Appel à l’implication des étudiants dans la vie politique

Intervenant lors de la rencontre régionale tenue à l’université de l’Usto à Oran et organisée par l’Organisation estudiantine algérienne libre, le conseiller du président de la République chargé du mouvement associatif et de la communauté nationale à l’étranger, Nazih Berramdane a été affirmatif en axant son discours sur les jeunes, les étudiants et la société civile ainsi que «le rôle important des étudiants dans la sensibilisation sociale pour faire face aux défis que connait le pays».

L’intervenant, mettant l’accent sur «le rôle des étudiants et des jeunes dans l’adhésion à la vie politique pour faire face aux défis de sécurité nationale », a indiqué que «la société civile, les étudiants et les jeunes ont un rôle dans la sensibilisation sociale sur les défis auxquels le pays fait face et la manière de les affronter», faisant référence «aux défis au niveau de nos frontières protégées par l’Armée Populaire Nationale et tous les services de sécurité».
L’intervenant a également fait savoir que «les étudiants ont un grand rôle à jouer à l’intérieur de l’université pour sensibiliser sur les défis et sur la nécessité de les affronter», rappelant qu’ils ont eu, depuis le mouvement national à la glorieuse guerre de libération nationale et à la période post indépendance un rôle politique positif».
Il a indiqué que «le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a salué le rôle de la société civile, notamment lors de la crise sanitaire où les étudiants ont joué un grand rôle et ont contribué à faire face à la propagation de la pandémie, à travers la sensibilisation et les opérations de désinfection, entre autres», rappelant que «le Président de la République avait souligné que la société civile est l’allié principal de l’Etat dans le cadre de la démocratie participative, concrétisant ce statut dans la Constitution amendée».
Il dira qu’«à l’avenir, il y aura des mécanismes dans le cadre d’une stratégie complète pour la réhabilitation des capacités de la société civile, son encadrement et son implication à jouer le rôle de partenaire dans les institutions de l’Etat ».
Mohamed Aissaoui