mardi , 19 octobre 2021
<span style='text-decoration: underline;'>AÏN DEFLA</span>:<br><span style='color:red;'>Arrestation d’une «dangereuse» bande de malfaiteurs</span>
© illustration

AÏN DEFLA:
Arrestation d’une «dangereuse» bande de malfaiteurs

Les services de sécurité de Aïn Defla ont mis fin récemment à Khémis Miliana aux activités d’une «dangereuse» bande de malfaiteurs composée de cinq individus (des repris de justice) pour «atteinte à l’ordre public, violence et agression physique contre des citoyens», a-t-on appris, vendredi, auprès de la cellule de communication et des relations publiques (CCRP) de la sûreté de wilaya.

«Dans le cadre de la lutte contre la criminalité des bandes de quartiers, notamment s’agissant de la lutte contre l’atteinte à l’ordre public, les agressions physiques à l’arme blanche et le trafic de drogue, les services de la cinquième sûreté urbaine de Khémis Miliana ont mis fin aux agissements d’une bande de malfaiteurs composée de cinq repris de justice, âgés entre 20 et 27 ans’’, a indiqué la même source. L’affaire remonte au début de la semaine en cours lorsque les éléments de la police ont reçu une plainte de la part de l’une des victimes de la bande en question, laquelle a fait état de son agression au niveau d’un domicile sis à la cité Essalem de Khémis Miliana, selon la même source, qui affirme que les éléments de la bande en question attirait certaines femmes vers le domicile en question pour les agresser sexuellement. Après avoir pris les précautions d’usage, les policiers, munis d’un mandat de perquisition délivré par les instances judiciaires compétentes, se sont rendus vers le lieu indiqué, réussissant, grâce à un haut degré de professionnalisme, à arrêter les membres de la bande, lesquels ont tenté vainement de prendre la fuite, a-t-on détaillé. L’opération a, également, permis de saisir des armes blanches (épées et grands couteaux à cran d’arrêt) ainsi qu’une quantité de comprimés psychotropes, a-t-on fait savoir, signalant que l’exploitation des téléphones portables des malfaiteurs a permis de savoir que ceux-ci torturaient leurs victimes avant de les agresser sexuellement. Un dossier judiciaire a été établi à l’encontre des cinq individus portant sur les griefs de «création d’une bande de malfaiteurs», «port d’armes blanches prohibées», «menace et agression de citoyens», «trafic de psychotropes», «tentative d’homicide volontaire avec préméditation » et «agression sexuelle». Présentés jeudi devant les instances judiciaires de Khémis Miliana, les cinq mis en cause ont été placés sous mandat de dépôt dans l’attente de leur jugement, a-t-on conclu de même source.