lundi , 12 avril 2021

Avec franchise et sans langue de bois

Comme à son accoutumée, le président de la République a été clair, franc et direct lors de l’entretien qu’il a accordé à des représentants de la presse nationale. N’éludant aucun dossier ni aucune question, le président a encore une fois montré son entière disponibilité à répondre, sans aucune langue de bois, aux questions des journalistes.

Sur sa santé, l’économie, les prochaines élections, le remaniement ministériel, les dossiers internationaux, sa relation avec l’armée, tout a été mis sur la table sans aucun faux-fuyant, ni esquive. Un style et une approche de communication novatrice dans le monde politique algérien, qui tranche avec toutes les (mauvaises) habitudes de la communication institutionnelles depuis l’indépendance du pays..

Point par point, sujet après sujet, le président Tebboune montre encore une fois sa grande disponibilité à répondre, à travers les journalistes, à toutes les interrogations des citoyens. Avec un langage simple et sincère, le président s’adresse en priorité à toutes les classes de la société, quel qu’en soit le niveau d’instruction. L’Algérie nouvelle qui est en train de se construire a besoin de ce lien de confiance et de compréhension entre le premier personnage de l’Etat et des citoyens. Et ce pont nécessaire pour réussir les grands défis qui attendent les Algériens, le président Tebboune l’a mis au centre de ses grandes priorités.

Sur sa santé, et après avoir rappelé qu’il allait beaucoup mieux, le président de la République, s’est dit « révolté contre ces personnes sans loi ni foi prétendant que je n’étais pas malade et que j’avais été victime d’une attaque…, affirmant que «97% de ces rumeurs émanent de l’étranger et vous en connaissez bien la provenance». Il rappellera aussi que les sujets sur sa santé, il en parlera, comme il s’en était engagé avec le peuple, avec transparence et qu’il n’avait pas changé.

Sur les relations avec la France, le président dira que malgré certains lobbies français cette relation a beaucoup évolué, mais nuancera cela en rappelant que «les bonnes

relations de l’Algérie ne sauraient être au détriment de l’Histoire ou de la mémoire».

«Nous ne renoncerons jamais à notre mémoire qui ne peut faire l’objet de marchandage mais les choses doivent se régler intelligemment et sereinement».

Sur les autres sujets, le président maintiendra le même cap, expliquant point par point, toutes les décisions prises et les perspectives qui s’offrent au pays, qui doit rompre avec toutes les pratiques de l’ancien système y compris dans le domaine de la communication. Et il en aura donné la parfaite démonstration ce lundi lors de cette entrevue avec des responsables de medias nationaux.

Par Abdelmadjid Blidi