mardi , 25 janvier 2022
<span style='text-decoration: underline;'>Algérie-Djibouti</span>:<br><span style='color:red;'>Belmadi: «On jouera ce match comme s’il s’agissait d’une finale de Coupe du monde»</span>
© D.R

Algérie-Djibouti:
Belmadi: «On jouera ce match comme s’il s’agissait d’une finale de Coupe du monde»

La sélection algérienne de football disputera son  match contre le Djibouti, jeudi soir à Blida, dans le cadre des  qualifications au Mondial 2022, «avec le même sérieux comme s’il s’agissait  d’une finale de Coupe du monde» a assuré mercredi le sélectionneur  national, Djamel Belmadi, en conférence de presse, au Centre technique de  Sidi-Moussa.

«Notre équipe a réussi un record de 27 matchs sans défaite, et ça, ce  n’est pas le fruit du hasard. Ca prouve qu’il y a du travail et beaucoup de  sérieux dans ce que nous faisons. Donc, si nous voulons rester sur cette  bonne dynamique de performance, nous devons continuer à travailler avec le  même sérieux, à commencer par notre prochain match contre le Djibouti, que  nous aborderons comme s’il s’agissait d’une finale de Coupe du monde» a  assuré l’ancien Marseillais.

Un sérieux qu’il a jugé «plus que nécessaire dans les conditions  actuelles», car selon lui, plusieurs paramètres jouent contre la sélection  algérienne, à commencer par la pelouse du stade Mustapha Tchaker, qui se  trouve dans un piteux état.

«Il y a quelques jours, j’ai effectué une petite visite d’inspection au  stade Tchaker et j’étais dépité de voir le terrain dans un état aussi  lamentable. Il est vraiment à la limite du praticable et il est connu que  cette situation arrange beaucoup plus les affaires des adversaires qui  cherchent uniquement à défendre. Ce qui n’est pas notre cas, car nous, au  contraire, nous devons produire du jeu, pour espérer l’emporter» a-t-il  regretté.

Quoique, malgré cet imprévu de taille, qui à lui seul semble avoir  considérablement faussé les calculs de Belmadi, ce dernier a assuré que  l’EN ne se détournera pas de son objectif majeur, qui reste la victoire,  pour aborder ces éliminatoires de la Coupe du monde de la meilleure des  façons.

«Ce n’est pas parce que le terrain est lamentable que nous allons baisser  les bras. J’ai déjà discuté avec les joueurs, pour qu’il n’y ait pas de  mauvaise surprise au tout dernier moment et ils sont conscients de  l’ampleur de la tâche qui les attend» a-t-il assuré.

Autre source d’appréhension pour le sélectionneur algérien, le fait que  «la saison sportive ne fait que commencer» faisant que la plupart des  joueurs n’aient pas encore atteint leur top niveau. Ce qui selon lui est  «assez logique», du fait qu’ils sortent tout juste de la phase préparatoire  d’avant-saison. Mais malgré tous ces aléas, Belmadi ne jure que par la victoire, en  rappelant que «peu importe la situation» à laquelle il est confronté, son  «objectif est la victoire» à chaque sortie. Pour cette première journée des éliminatoires de la Coupe du monde 2022,  la sélection algérienne sera privée des services de plusieurs joueurs clés,  particulièrement le latéral droit Youcef Atal, le milieu récupérateur  Adlène Guedioura et l’attaquant Adam Ounes, mais ces défections, et pas des  moindres, ne semblent pas perturber Belmadi outre mesure.

«Statistiquement, nous sommes la sélection qui fait tourner le plus son  effectif, encore plus lorsqu’elle dispute deux matchs à des intervalles  réduits. C’est pour vous dire que nous ne basons pas notre performance sur  un joueur ou un compartiment en particulier. Chez nous, tout le monde est  important, et si ce n’est pas l’un qui apporte le plus escompté, c’est  l’autre qui le fera, avec le même sérieux et la même volonté» a-t-il  assuré. Interrogé sur Guedioura en particulier, pour savoir si sa non convocation  avait un quelconque rapport avec son âge relativement avancé, et si c’était  là une manière de commencer à préparer l’avenir de la sélection nationale,  notamment, en dégageant un place pour de nouveaux jeunes talents comme  Ramiz Zerrouki, sociétaire du FC Twente FC, aux Pays-Bas, le sélectionneur  national a répondu par la négative.

«Ceux qui me connaissent vous diront que pour moi, l’âge n’a jamais  constitué un critère de sélection. Si Guedioura n’a pas été convoqué, c’est  uniquement parce qu’actuellement il est sans club. Cela dit, s’il arrive à  trouver un nouvel employeur et qu’il mérite sa place en sélection, je ferai  appel à lui. C’est une certitude» a-t-il tenu à faire savoir. Dans le même registre, Belmadi a confié qu’il aurait aimé que des joueurs  comme Zinedine Ferhat et Adam Ounes aient réussi à changer de clubs pendant  le dernier mercato estival, car selon lui «il est préférable pour un joueur  d’être compétitif dans un club moyen que remplaçant dans club de plus  grande envergure», mais d’après lui, «ce sont les aléas du métier, et il  faut faire avec».

«Tout ce que je peux faire pour ces joueurs, c’est les soutenir  moralement, particulièrement Youcef Atal (blessé), en attendant des jours  meilleurs».

Cependant, Belmadi a tenu à préciser que le dernier mercato estival n’a  pas été totalement noir pour les joueurs algériens, car si certains n’ont  pas eu ce qu’ils voulaient, d’autres ont décroché le gros lot. Allusion faite à Mohamed Amine Ammoura (ESS), Billel Messaoudi (JSS) et  Adam Zorgane (PAC) qui ont réussi à décrocher des contrats professionnels  intéressants en Europe pour lesquels Belmadi s’est dit très content.

«Je suis déjà très satisfait de l’équipe dont je dispose actuellement,  mais avoir plus de bons joueurs, qui évoluent dans des championnats au  niveau plus relevé est une bonne chose. C’est un problème de +Riches+ pour  ainsi dire, mais je m’en conterai» a-t-il commenté. Après le Djibouti, la sélection algérienne se déplacera au Maroc, pour y  défier le Burkina Faso. Un match prévu le 7 septembre courant, dans le  grand stade de Marrakech, pour le compte de la deuxième journée des  éliminatoires de la coupe du monde 2022 (Groupe A).

Répondre