samedi , 5 décembre 2020
<span style='text-decoration: underline;'>Il a révélé 166 contaminations parmi les imams dont 15 décédés</span>:<br><span style='color:red;'>Belmahdi écarte actuellement la réouverture des mosquées</span>

Il a révélé 166 contaminations parmi les imams dont 15 décédés:
Belmahdi écarte actuellement la réouverture des mosquées

Face à la hausse des contaminations par le coronavirus au niveau de plusieurs wilayas du pays, la réouverture des mosquées est actuellement écartée par les autorités habilitées.

Plusieurs voix n’ont pas cessé d’appeler, ces derniers jours, à la réouverture des lieux de culte dans le pays en dépit d’une circulation active du nouveau virus Covid-19 et malgré les mises en garde du comité scientifique de veille et de suivi de la pandémie qui déconseille cette option à cause des risques de propagation de l’épidémie.
Et au moment où un débat houleux a fait son apparition sur les réseaux sociaux opposant ceux qui sont pour et ceux qui sont contre cette réouverture, le premier responsable du secteur, M. Youcef Belmahdi, a mis fin à la polémique en imposant son veto.
Intervenant, hier, sur les ondes de la chaîne I de la Radio nationale, le ministre des affaires religieuses et des waqfs a écarté actuellement la réouverture des mosquées, estimant que cette décision est due à la propagation du coronavirus et à la hausse des contaminations constatées dernièrement parmi les citoyens.
«Il n’y aura pas de réouverture des mosquées avant la fin de l’épidémie du coronavirus», a-t-il déclaré sur les ondes de la chaîne I.
Dans ce cadre, le ministre a révélé pour la première fois les chiffres liés aux contaminations dans le secteur. Il a indiqué que depuis l’avènement du coronavirus en Algérie, la corporation a enregistré la contamination de 166 imams dont 15 ayant perdu la vie à cause de la Covid-19.
M. Belmahdi a affirmé que son département a mis en place des visions pour la réouverture des mosquées en prenant compte de leurs architectures et esplanades, toutefois, cette décision est conditionnée par l’amélioration de la situation épidémiologique. Il a assuré que son département suit les recommandations du Comité scientifique de veille et de suivi de la pandémie, faisant savoir que plusieurs imams ont demandé de reporter la décision de réouverture des mosquées.
Pour ce qui est du sacrifice de l’Aïd El Adha qui coïncide cette année avec une conjoncture sanitaire exceptionnelle, le membre du gouvernement a affirmé que la décision de maintenir ce rituel en dépit des risques de contaminations par le coronavirus est prise suite à la concordance des points de vue entre la Commission ministérielle des fatwas et la Commission sanitaire spéciale.
Par ailleurs, M. Belmahdi a affirmé que lors du rituel du sacrifice, les citoyens doivent appliquer les mesures de protection et de prévention contre la Covid-19, en plus de la distanciation physique et l’application des conditions d’hygiène nécessaires.
À une question sur la prière de l’Aïd, le ministre a affirmé que celle-ci n’aura pas lieu dans les mosquées. « Les citoyens peuvent faire la prière de l’Aïd à la maison », a-t-il déclaré, ajoutant que « l’appel à la prière de l’Aïd dans les mosquées sera autorisé ».
S’agissant de la saison du Hadj de l’année en cours, le ministre a indiqué que ce pilier de l’Islam ne pourra avoir lieu pour les Algériens.
M. Belmahdi a estimé enfin que les citoyens doivent être conscients de la dangerosité du virus, invitant ceux ayant contracté la Covid-19 de ne pas dissimuler leur contamination. « Les pratiques qui consistent à cacher sa contamination sont proscrites dans l’Islam et constituent une bombe à retardement », a-t-il indiqué.
Samir Hamiche