jeudi , 24 septembre 2020
<span style='text-decoration: underline;'>Tout en niant l’annulation de l’examen du BEM</span>:<br><span style='color:red;'>Benghabrit: «il n’y a pas eu de fuites des sujets»</span>
© APS

Tout en niant l’annulation de l’examen du BEM:
Benghabrit: «il n’y a pas eu de fuites des sujets»

La ministre est nette claire et précise: «il n’y a pas eu de fuites des sujets, grâce, d’une part, aux dispositions prises et, d’autre part, à la conscience de la société et des élèves en particulier de tentatives visant à les pousser à l’erreur». Cette déclaration suppose que des tentatives de faire échouer l’examen, ont bel et bien été tentées, mais qu’elles n’ont pas réussi, en raison de l’attitude des élèves et leurs parents qui ne sont pas tombés dans le piège.

Epreuves du BEM aidant, le monde de l’Education nationale, a renoué avec les deux polémiques récurrentes, que sont les fuites des sujets et l’opportunité des examens de fins de cycle. Sur ce dernier sujet, la ministre de l’Education nationale, qui a procédé au lancement officiel du BEM à partir de Laghouat, a démenti l’existence d’un quelconque projet visant la suppression du BEM, comme rapporté par une partie de la presse nationale. «Il n’y a aucune intention ni orientation vers une annulation des examens nationaux, notamment le Brevet d’enseignement moyen, tel que rapporté par des médias», a assuré M. Benghabrit. Et de souligner, que «ces questions sont du ressort du secteur de l’Education et il n’a nullement été question d’annulation, ni d’orientation, ni même de réflexion actuellement sur une annulation des examens nationaux, notamment le BEM qui sépare deux étapes». Ceci, a le mérite d’être clair et devrait fermer la porte à la polémique sur une question qui, faut-il le relever, intéresse tout de même des millions de foyers algériens.
L’autre sujet qui fait l’actualité ces derniers jours, et qui est en rapport direct avec les examens de fin de cycle, est bien entendu, les rumeurs qui circulent sur les réseaux sociaux et qui font état de fuites de sujets. A ce propos, la ministre est nette claire et précise: «il n’y a pas eu de fuites des sujets, grâce, d’une part, aux dispositions prises et, d’autre part, à la conscience de la société et des élèves en particulier de tentatives visant à les pousser à l’erreur». Cette déclaration suppose que des tentatives de faire échouer l’examen, ont bel et bien été tentées, mais qu’elles n’ont pas réussi, en raison de l’attitude des élèves et leurs parents qui ne sont pas tombés dans le piège.
Mme Benghabrit ne s’est pas arrêtée à ce constat et ajoute que «même lors des années précédentes, il n’y avait pas eu de fuites de sujets de tests d’examen finaux». C’est dire que le mal n’est pas dans le système éducatif, mais relève d’une volonté extérieure de saboter les examens de fin de cycle. Pour la ministre, le «phénomène (..), s’est sensiblement réduit cette année». Constatant que le pays est encore au milieu du gué, puisqu’il reste encore le baccalauréat, la ministre a estimé important de redoubler de vigilance pour mettre fin à ces pratiques, «en consécration des valeurs morales du secteur et contrecarrer ainsi toute tentative de «porter atteinte à l’image des examens nationaux», a déclaré Mme Benghabrit. Cette victoire contre les tenants de l’anarchie dans l’école algérienne, a amené la ministre à évoqué un autre sujet, autrement plus intéressant pour l’épanouissement des écoliers. Il s’agit de la nécessité d’«accorder aux activités culturelles à l’intérieur des établissements éducatifs au vu de leur impact instructif, avant d’évoquer le projet «Plumes de mon pays» qui donne l’opportunité d’écriture, de créativité et de lecture récréative», et qui a été lancé dans 4 wilayas pilotes dont Laghouat.
Enfin, l’Education nationale n’étant pas touchée par les restrictions des recrutements, Mme la ministre a annoncé des concours prévus en juin prochain. Elle a fait état de plus de 730.000 dossiers de postulants (plus de 500.000 pour les postes d’enseignant et le reste pour le personnel administratif).
Alger: Smaïl Daoudi