lundi , 12 avril 2021
<span style='text-decoration: underline;'>Evocation</span>:<br><span style='color:red;'>Benguesmia Chadly Mohammed dit « Hamito », le parcours d’un nationaliste oranais</span>

Evocation:
Benguesmia Chadly Mohammed dit « Hamito », le parcours d’un nationaliste oranais

Mon père avait l’Algérie dans le cœur et Il y avait Oran, bien sûr. Il a chéri les deux, aimé les deux et a eu mal pour les deux avec les vicissitudes de l’histoire qui ne les ont pas épargnées. Je suis fier des témoignages qui me sont encore rapportés aujourd’hui. Mon père n’a pas trahi son pays. Il a servi son pays.
Issu d’une grande famille oranaise, originaire de Beni Chougrane, Benguesmia Chadly Mohammed dit « Hamito » est né le 22 mars 1943 dans le quartier de Mediouni à Oran. Connu pour son courage, son humilité et sa modestie, il laisse pour la ville Oran le souvenir d’une des plus belles pages de la révolution algérienne et de son engagement politique, culturel et économique pour sa ville et son pays.
Benguesmia Chadly Mohammed, moudjahid et grande figure de la ville d’Oran nous a quittés le 02/02/2020 il y a un an jour pour jour. Issu d’une famille noble et révolutionnaire, feu hadj Mohammed Benguesmia Chadly avait activé durant la guerre de libération national en tant que l’un des fidai les plus connus de la ville au côté de son oncle feu Benguesmia Chadly Djillali dit « Si Abelhamid » cadre de l’ALN qui a occupé plusieurs responsabilités politico -révolutionnaires durant et après la guerre de libération.
Après l’indépendance, il occupa plusieurs postes de responsabilités dans l’administration tel que la banque du sang au CHU d’Oran, la DNC, la direction des travaux publics et ORPO (Office régional des produits oléicoles) avant de se consacrer à la politique.
Au début des années 80, il fut membre élu de l’assemblée communale d’Oran, négociataire et signataire de l’accord de jumelage avec la ville d’Alicante (Espagne), président de l’A.C.V.O (Association culturelle de la ville d’Oran). Il contribua sans relâche au rayonnement du patrimoine culturel et musical de la ville d’Oran. Il fut l’initiateur du Mawsim Sidi El Houari avec son groupe d’intellectuels et chercheurs universitaires : Behloul Mohammed, Hagani Zoubida , Alloula Abdelkader , Saim Hadj , Miliani Hadj et Hamani Abdelhamid , un événement historique et culturel retraçant la vie de l’imam Sidi El Houari et l’histoire de la ville d’Oran , ainsi que le festival du Rai une première dans l’histoire culturelle de la ville d’Oran , qui a fait émerger un grand nombre d’artistes de la chanson oranaise (Rai) et qui a aussi donné vie au théâtre de verdure d’Oran.
Benguesmia Chadly Mohammed a consacré son temps et son énergie à l’action politique, culturelle et économique locale, il a grandement contribué à la mise en valeur du patrimoine culturel de la ville d’Oran. Il a été aussi membre fondateur de l’association d’aide aux enfants cancéreux aux côtés de Chemloul Abdelkader, Alloula Abdelkader, Wali Mohammed et Hagani Zoubida , une association qui a porté aide et appui au centre des enfants cancéreux de Misserghine et qui a construit un centre d’hébergement pour les familles des enfants malades à laquelle il a voulu donner une dimension de fondation internationale. En 1989, il se mobilise aux côtés de maître Ferhat M’hamed et maître Ghouadni Mahi en formant une liste de candidats indépendants pour l’élection municipale et de wilaya (liste indépendante El Bahia).
Pendant la décennie noire, il a été un membre très actif de la société civile. Il refusait de voir son pays sombrer dans le chaos. Ces animations avec des intellectuels, des animateurs du mouvement associatif et des simples citoyens, il s’investit dans la résistance aux forces de l’obscurantisme à travers le CIVIC (Comité d’initiative et de vigilance citoyenne) dont il était le fondateur.
HIRAKISTE de la première heure , il animait des débats portant sur l’actualité locale et nationale , par le biais de rencontres périodiques avec des personnalités politiques, d’anciens ministres et ambassadeurs, ce qui lui avait permis d’interpeller à chaque fois le pouvoir sur les potentialités d’Oran et la place qui devrait être la sienne dans l’Algérie indépendante et nouvelle. Par ses communiqués et contributions dans la presse nationale, il exprimait son mécontentement et son opposition farouche à l’ancien régime, ce qui lui a valu le respect du pouvoir.
Papa repose en paix
Benguesmia Chadly Amine