dimanche , 27 septembre 2020

Edito

:
Le poids de la sincérité en politique

Les puissants du moment ont les yeux braqués sur le Maghreb et le Sahel. La conférence presse conjointe animée par les ministres des Affaires étrangères algérien et russe à Moscou, traduit en partie cet intérêt grandissant de cette région du monde dans les plan stratégique des puissances mondiales. Le Maghreb et le Sahel nous concernent, nous autres Algériens, au plus ... Lire la suite »

...:
Les clés de la réussite

Repenser la fiscalité est le grand dossier auquel s’attaque le gouvernement Djerad. Il s’agit en fait de revoir de fond en comble la donne fiscale dans notre pays qui a été totalement tributaire depuis toujours de la seule fiscalité pétrolière. Une dépendance dangereuse qui risque à moyen terme d’hypothéquer complètement les ressources financières du pays. Une fiscalité pétrolière sur laquelle ... Lire la suite »

....:
L’initiative algéro-tunisienne et la Libye

Le chef de l’Etat a annoncé, avant-hier, lors de l’entretien qu’il a accordé à des représentants de la presse nationale une initiative algéro-tunisienne dans le dossier libyen. C’est la première démarche strictement politique qui ne poursuit aucun objectif hégémonique de la part de ses initiateurs. L’Algérie et la Tunisie n’ont même pas besoin de montrer « patte blanche », puisque les deux ... Lire la suite »

:
Changer la courbe au plus vite

Après avoir dépassé la barre des 300, des 400 et des 500, le nombre des contaminations au Covid-19 a dépassé ce samedi la barre des 600 en Algérie. Une courbe ascendante qui se confirme chaque jour et bien évidemment inquiète et fait redouter les scénarios les plus sombres. Mais le nombre de 600 cas ou même de 1000 reste relatif, ... Lire la suite »

:
Le poids de la concertation

Syndicats, patronat et gouvernement se sont réunis hier pour évoquer l’impact de la pandémie du Covid-19 sur l’économie du pays. La rencontre n’a rien de nouveau en soi, sauf que le contexte dans lequel elle se déroule la rend essentielle et très importante pour de très larges pans de la société. Le Covid-19 a fait tellement de dégâts dans tellement ... Lire la suite »

...:
Un pays pris en otage

Dans le dossier libyen il n’y a rien de nouveau. Rien de nouveau pour la paix, bien sûr. Car pour la guerre, les tambours grondent encore et encore. Désormais, les parrains de la guerre ne s’en cachent plus et multiplient les avertissements et les menaces. Et pour illustrer ces ingérences ouvertes, voici un florilège de déclarations de hauts responsables de ... Lire la suite »

...:
La corruption, les procès et le peuple

Le procès de l’homme d’affaire Mahieddine Tahkout a pris fin, hier, avec les énoncés des verdicts. On pourrait tout dire sur cette affaire et celles qui l’ont précédée, sauf que l’Algérie n’a pas tourné une page importante de son histoire contemporaine. En effet, quelque soit les conclusions que l’on peut avoir du déroulement des procès, des arguments avancés et la ... Lire la suite »

...:
Assumer le passé et construire l’avenir

Les relations algéro-françaises n’ont jamais été un fleuve tranquille. 58 ans après l’indépendance de l’Algérie, la France n’arrive toujours pas à se débarrasser de ses relents colonialistes entretenus par le lobby toujours actif de l’Algérie française, ni à assumer courageusement son triste passé colonial, allant parfois jusqu’à lui trouver des bienfaits, comme l’avait défendu l’ancien président Nicolas Sarkozy. La société ... Lire la suite »

Un Conseil des ministres axé sur la relance économique :
L’énergie, l’industrie et les mines comme leviers 

Le pays pouvait injecter immédiatement pour l’investissement et la relance économique l’équivalent de mille milliards de dinars auxquels s’ajoutent dix milliards de dollars disponibles qui viendront s’ajouter aux économies susceptibles d’être faites sur les dépenses inhérentes aux services et autre études. Réuni, ce dimanche, pour statuer sur le plan de relance économique, le Conseil des ministres, présidé par le chef de l’Etat, ... Lire la suite »

...:
Les experts du chaos

Beaucoup d’experts ont enterré l’Algérie au premier couac pétrolier, en 2014. A ce jour, le pays est encore debout et le Conseil des ministres, réuni hier, a clairement démontré que six années après l’alerte, l’exécutif aborde avec sérénité le nouveau plan de relance socioéconomique. A ce propos justement, les mêmes experts «chantent» la même chanson de l’absence de financement autre ... Lire la suite »