dimanche , 29 novembre 2020

....:
Consacrer la nouvelle dynamique

La campagne référendaire sur le projet d’amendement de la Constitution entame sa dernière ligne droite à prés d’une semaine de sa clôture, la campagne est entrée dans une nouvelle dynamique, qui au delà de la seule explication des nouvelles dispositions de la Loi fondamentale, dessine la nouvelle Algérie à laquelle aspire le peuple.
Un important point qu’a tenu, d’ailleurs, à rappeler le Premier ministre lors de sa visite à la wilaya de Djelfa où il a mis en relief la rupture que promet la nouvelle Constitution avec les pratiques connues jusque là, déclarant que « Le référendum sur la révision de la Constitution prévue le 1er novembre, sera une échéance décisive qui mettra fin à tous les dérapages enregistrés par le passé ».
Les discours des animateurs de cette campagne pour le « oui » ont connu, depuis peu, un écho certain chez les citoyens qui se déplacent en nombre de plus en plus important pour assister à ces meetings où ils ne se contentent plus d’écouter les orateurs, mais prennent aussi la parole pour exposer leur vision, leur adhésion à cette nouvelle politique et leur attachement à l’unité du pays, en appelant à un changement profond à même de mettre l’Algérie sur une nouvelle orbite capable de totalement inverser le cours des choses et concrétiser réellement, sur le terrain, l’édification de cette nouvelle république tant espérée.
Cette nouvelle dynamique que connaît la campagne consacre déjà une importante revendication exprimée par plusieurs pans de la société, à savoir l’instauration d’une vraie démocratie participative où le citoyen devient un acteur majeur dans toutes les décisions qui concernent l’avenir de la nation. Et c’est ce que pré-configure déjà cette campagne qui rappelle par certains de ses aspects le grand débat national qui a précédé la Charte nationale dans les années 70, avec la différence cette fois, que c’est le peuple qui a initié cette dynamique de changement à travers son Hirak et c’est le président de la République Abdelmadjid Tebboune qui lui a donné une assise concrète à travers l’élaboration de projet de Constitution, qui reviendra encore une fois devant le peuple à travers un referendum pour l’approuver le 1er novembre prochain.
Un processus où le peuple est ainsi l’acteur initiateur, mais aussi décideur dans une nouvelle Algérie qui veut tourner la page du pouvoir personnel et rendre la parole désormais au seul peuple.

Par Abdelmadjid Blidi