mercredi , 5 août 2020
<span style='text-decoration: underline;'>Professionnels de la santé, artisans et PME </span>:<br><span style='color:red;'>Conseil des ministres : Le coup de main salutaire de l’Etat</span>

Professionnels de la santé, artisans et PME :
Conseil des ministres : Le coup de main salutaire de l’Etat

Il a été décidé le versement d’une aide financière destinée aux petits métiers (taxieurs, coiffeurs, etc.) d’une valeur de 30.000 Dinars, pendant une période de 3 mois, sur la base d’une évaluation rigoureuse de la situation de chaque corporation pendant les 4 derniers mois.

Un soutien clair et sans bavure apporté aux professionnels de la Santé, aux artisans et aux PME. Une volonté d’éviter toute faillite en raison du coronavirus et une détermination à exprimer une solidarité active de l’Etat à l’endroit des Algériens fragilisés par la pandémie. C’est en ces quelques mots que l’on peut résumer le premier volet du Conseil des ministres qui a vu l’exécutif montrer une grande disposition à venir en aide à tous les professionnels qui ont souffert ces quatre derniers mois.
En premier lieu, l’on notera l’adoption d’un projet d’ordonnance qui institue un dispositif pénal approprié destiné à protéger les professionnels de la santé face à la recrudescence des actes d’agression subis dans le cadre de leurs fonctions. Au terme de ce projet d’ordonnance, on retiendra la condamnation de une à trois années pour toute agression verbale, une condamnation allant de 3 à 10 ans pour toute agression physique selon la gravité de l’acte. Une condamnation allant jusqu’à la perpétuité en cas de décès de la personne agressée. Un durcissement sans précédent des peines requises et qui sont automatiquement dissuasives.
On retiendra l’institution d’une assurance des personnels de la santé, entièrement prise en charge sur fonds publics. Elle sera prise en charge par la Présidence de la République, permettra une souscription auprès de la CAAR, par personne et par mois, dans la limite de 3500 dinars par mois, pour un capital de 2 000 000,00 DA, et concernera un effectif de 266 113 personnes.
Sur d’autres questions abordées par le Conseil des ministres en lien avec la pandémie de la Covid-19, le président de la République a ordonné le gel du paiement des charges financières et des obligations fiscales et parafiscales dues par les opérateurs économiques pour la période correspondant à la période de confinement. De plus, l’on apprendra qu’aucune sanction ou paiement de pénalités ne sera exigé de ces opérateurs durant cette période. Le chef de l’Etat a souligné la nécessité d’une évaluation rigoureuse des préjudices subis et des manques à gagner enregistrés par les opérateurs économiques, en particulier en ce qui concerne les petites et moyennes entreprises et les petits métiers.
Après l’opération d’évaluation, il a été décidé le versement d’une aide financière destinée aux petits métiers (taxieurs, coiffeurs, etc.) d’une valeur de 30.000 Dinars, pendant une période de 3 mois, sur la base d’une évaluation rigoureuse de la situation de chaque corporation pendant les 4 derniers mois.
Dans le second volet du Conseil des ministres, le Président Tebboune a ordonné l’adoption des décrets concernant les cahiers des charges relatifs au montage de produits électroménagers, au montage de véhicules, à l’importation de véhicules neufs et à l’acquisition de chaînes et d’équipements rénovées. Sur le dossier des usines usagers, dont la FLC 2020 a autorisé l’importation, le chef de l’Etat a mis en évidence le fait que l’outil de production acheté doit être viable, acquis produit en main, et n’ayant pas servi plus de cinq (05) ans au jour de son acquisition. Il doit également être capable de contribuer à la production de valeur ajoutée et à concourir à la création d’emplois. Le Président a surtout insisté sur le fait que toute opération dans ce cadre doit se faire après une étude approfondie à priori et qui soit réalisée avec des bureaux d’études et de compagnies d’assurances connues, sans perdre de vue le besoin d’expertise de pays tiers.
Concernant l’importation de véhicules neufs, le processus doit se faire au niveau national, il sera le fait d’opérateurs nationaux et doit inclure un réseau national efficient et professionnel de service après-vente. La question du taux d’intégration pour l’activité de montage des produits électroménagers, celle-ci doit être à hauteur 70% dès la première année. Le montage automobile, plus complexe devra satisfaire d’un taux d’intégration de 30% au minimum, avec l’objectif de créer un process complet, avec au bout, une industrie mécanique véritable.
Quant à l’agriculture, saluée par le président de la République pour ses performances, elle a fait l’objet d’une instruction particulière dans le sens d’encourager l’installation d’usines de transformation des produits agricoles dans les zones de production.
Enfin, le président de la République n’a pas manqué de noter que les investigations des
différents services de sécurité ont abouti à démontrer que nombre d’actions qui ont touché des établissements du secteur de la santé ne visaient à rien d’autre qu’à ternir la réputation du pays et montrer qu’il était inapte à gérer la crise sanitaire. Tout en regrettant pareils agissements, il mit ces tentatives de sabotage sur le compte de mains criminelles qui se sont permis de vider et de voler des bouteilles et des citernes d’oxygène, et même de prendre en photo ou filmer les corps de personnes décédées, juste pour faire le buzz autour de ce qu’ils veulent démontrer comme l’incapacité de l’Algérie à faire face à la pandémie.
Une franchise inhabituelle dans la révélation de ce genre d’informations, mais qui est rendu nécessaire par le caractère exceptionnel que traverse le pays et du fait que des milieux malintentionnés veuillent en profiter pour créer le chaos en Algérie.
Anissa Mesdouf