mardi , 11 août 2020

Covid-19 : «Cela n’arrive qu’aux autres…»

Cette ineptie semble malheureusement partagée par un grand nombre d’oranais inconscients ou refusant de croire au danger de la pandémie du coronavirus. Pourtant, le constat est sans appel. Oran, avec plus de 80 cas confirmés en 24 heures vient d’enregistrer un record national, un pic jamais égalé du nombre de contaminations officiellement déclaré. Tout le monde s’accorde à dénoncer le non-respect des mesures barrières, notamment le port du masque, ainsi que le manque de discipline et de vigilance affiché par un grand nombre de citoyens anonymes, prônant parfois le doute, voire le «mépris» envers les instructions dictées par le gouvernement. Malgré la loi obligeant tous les citoyens à porter la bavette ou le masque de protection dans les lieux publics, un trop grand nombre d’énergumènes affichent leur indifférence, ou leur «inconscience», parfois même de façon indécente et provocante. S’exprimant la semaine dernière sur les ondes de la radio locale, le Dr Youcef Boukhari membre de la commission de wilaya de suivi de l’épidémie et éminent praticien bien connu à Oran, n’est pas passé par trente six chemins pour alerter l’opinion sur la gravité de la situation : « Si un dépistage de toute la population oranaise pouvait être effectué, sachant qu’un seul cas positif peut contaminer trois à quatre personnes en une journée, on se rendrait compte qu’une très grande partie des Oranais serait porteuse du Covid -19… «. Une sentence qui a le mérite de briser un certain tabou interdisant jusqu’ici les constats et les analyses trop effrayantes, pouvant accentuer la peur et l’angoisse parmi la population. Mais les observateurs locaux, partageant l’avis du Dr Boukhari, estiment qu’il est temps d’appeler les choses par leur nom et de ramener à la raison tous les naïfs, les incrédules, les nonchalants, les inconscients et autres récalcitrants qui refusent de croire au danger du Covid 19. Pensent les imbéciles.. «cela n’arrive qu’aux autres…» pensent encore bon nombre d’énergumènes ignorant le concept même de la responsabilité citoyenne et les valeurs du vivre ensemble. Un peu comme s’ils étaient sur leur propre «planète privée», piétinant la loi et les règlements. Selon le spécialiste, la grande majorité des personnes contaminées et interrogées dans le cadre de l’enquête épidémiologique, déclarent qu’ils ont assisté à des cérémonies de mariage, à des funérailles, à de grandes réunions ou à des fêtes de famille. On sait également que bon nombre de marchés populaires ou d’espaces publics squattés par les vendeurs illicites, restent bondés de clients sans protection et sans distanciation. Certains cafés et quelques restaurants autorisent même discrètement, la consommation à table. Ici et là, des groupes de jeunes, ou même parfois de vieux retraités, se rassemblent et occupent leur temps à bavarder, comme avant, comme si rien ne devait changer dans le quotidien d’une vie sociale qui, depuis longtemps, demande à être revue et corrigée…
Par S.Benali