jeudi , 21 octobre 2021
<span style='text-decoration: underline;'>Coronavirus</span>:<br><span style='color:red;'>De nouveaux cas du variant britannique détectés en Algérie</span>

Coronavirus:
De nouveaux cas du variant britannique détectés en Algérie

L’Institut Pasteur d’Algérie (IPA) a annoncé la découverte de cinq nouveaux cas confirmés de contamination par le variant britannique du coronavirus lors des opérations de dépistage. Cette information a été rapportée, hier, par plusieurs médias au moment où plusieurs spécialistes du secteur de la santé en Algérie ont mis en garde contre la virulence du variant britannique qui réside dans sa grande vitesse de propagation.

Les professionnels du secteur ont insisté sur la dangerosité du variant britannique tout en mettant en garde contre le relâchement dans l’application des mesures de protection et de prévention contre la Covid-19.
Depuis l’annonce, en fin de semaine passée, de la détection, pour la première fois en Algérie, de deux cas du variant britannique, les appels à la vigilance et l’impératif quant au retour à l’application des mesures barrières notamment le port de masque et la distanciation physique ont été multipliés.
Il est à rappeler que le 25 février dernier, l’Institut Pasteur d’Algérie avait annoncé dans un communiqué que deux cas du variant britannique du coronavirus (Covid-19) ont été détectés en Algérie.
«L’Institut Pasteur d’Algérie a détecté sur des PCR positives, datées du 19 février 2021, deux variants britanniques portant les mutations N501Y et D614G avec délétion des positions 69-79, qui sont des signatures génétiques de ce variant (Détecté pour la première fois le 20 septembre 2020 dans la ville de Kent en Grande Bretagne», a souligné l’Institut sur sa page Facebook.
Il a précisé que «ces deux souches mutantes ont été détectées chez un membre du personnel de santé de l’EHS de Psychiatrie de Cheraga (isolé actuellement) et chez un immigré venant de France pour l’enterrement de son père».
Selon l’Institut Pasteur, «des alertes ont eu lieu auparavant (notamment au CHU Beni Messous et récemment à l’EPH Zmirli) et dont les résultats de la recherche des quatre variants (de Grande Bretagne, d’Afrique du Sud, du Brésil et du Japon) ont été négatifs (souche classique)».
«Sur le plan épidémiologique, l’Algérie a enregistré ces dernières semaines une certaine stabilité du nombre de cas de contamination par le coronavirus Covid-19», a constaté l’Institut, qui a rappelé que «la grande attention portée aux mesures de distanciation sociale et le port de masque de protection dans le cadre du protocole sanitaire sont les meilleurs garants du maintien de la stabilité enregistrée actuellement».
De son côté, le directeur de l’IPA, Dr Fawzi Derrar, a rappelé samedi dernier la nécessité d’observer «scrupuleusement et strictement» les mesures de prévention contre la propagation de la Covid-19, après avoir enregistré les deux premiers cas du variant britannique en Algérie.
Le premier responsable de l’IPA a souligné, dans une déclaration à la presse à l’issue de la cérémonie de signature d’une convention entre le CHU Beni Messous et Algérie Télécom (AT), que « le respect des mesures de prévention va stopper la propagation du variant britannique» et qu’il est «important d’observer le protocole sanitaire pour lutter contre la propagation du virus».
Il a précisé à cette occasion que la situation sanitaire du pays est «bonne» que l’on est en train «d’enregistrer des chiffres les plus bas au monde».
Le Dr Derrar a affirmé que l’Institut Pasteur procède à des «analyses sur des échantillons» et qu’il n’est pas question uniquement du variant britannique, mais l’ITA assure également, selon Dr Derrar, la «surveillance de tous les autres variants de la Covid-19 qui sont propagés dans le monde».
Le directeur général de l’ITA a relevé, toutefois, que la propagation du variant britannique en Algérie «ne sera pas une surprise», si l’on voit la dynamique de ce variant à travers le monde.
Samir Hamiche