samedi , 17 avril 2021
<span style='text-decoration: underline;'>Remaniement ministériel</span>:<br><span style='color:red;'>De nouvelles têtes et une ambition de réparer les erreurs</span>

Remaniement ministériel:
De nouvelles têtes et une ambition de réparer les erreurs

En tout, 7 ministres, 3 ministres délégués et un secrétaire d’Etat ont quitté le gouvernement. Le ministère qui intéresse les Algériens, à savoir celui de l’Habitat a, lui aussi, changé de tête et c’est l’ancien directeur général de l’AADL, Tarek Belaribi, qui en prend les rennes en remplacement de Kamel Nasri.

Moins de ministres, moins de secrétaires d’Etat et de ministres délégués, quelques nouveaux visages, et des revenants. Le remaniement ministériel, opéré avant-hier par le chef de l’Etat a marqué le souci du président de la République de ne pas «déséquilibrer» l’équipe gouvernementale à quelques mois d’une échéance politique majeure. L’essentiel pour Abdelmadjid Tebboune tient à l’efficacité de l’exécutif qui se mettra au service des citoyens. C’est d’ailleurs le vœu exprimé par le chef de l’Etat à l’annonce du remaniement. Dans le détail, on retiendra que le remaniement a touché le secteur économique, tout en ramenant l’effectif gouvernemental à 34 ministères. Cela s’est fait notamment grâce à des fusions entre deux départements, l’image des Mines qui «phagocyte» l’Energie. Les deux départements n’en font qu’un dans le nouveau gouvernement et c’est Mohamed Arkab qui prend désormais le porte-feuille de l’Energie et des Mines. Le désormais ancien ministre de l’Energie, Abdelmadjid Attar, quitte le gouvernement. Un autre départ d’importance a été celui de Ferhat Ait Ali Braham qui quitte le ministère de l’Industrie. Il a été remplacé par Mohamed Bacha, docteur en économie, qui a fait l’essentiel de sa carrière dans l’administration économique centrale. Le secteur de la Numérisation et des Statistiques, dont on a relevé quelques retards dans la mise en œuvre des instructions présidentielles a été confié à Hocine Cherhabil en remplacement de Mounir Khaled Berrah.
Un ministère qui intéresse les Algériens, à savoir celui de l’Habitat a, lui aussi, changé de tête et c’est l’ancien directeur général de l’AADL, Tarek Belaribi, qui en prend les rennes en remplacement de Kamel Nasri. Ce dernier ne quitte pas le gouvernement, puisqu’il prend le portefeuille des Travaux publics et des Transports, en remplacement de Farouk Chiali, qui fait partie des partants. Le président de la République a en outre confié le secteur des Ressources en eau à Mustapha Kamel Mihoubi qui remplace Arezki Berraki, de même que Mohamed Ali Boughazi, nommé ministre du Tourisme, de l’Artisanat et du Travail familial à la place de Mohamed Hamidou. Dans la série des revenants, on retiendra le nom de Dalila Boudjemaa, qui revient à l’Environnement et remplace Nassira Ben Harrats, alors que le secrétaire général du gouvernement, Yahia Boukhari a été maintenu.
En tout, 7 ministres, 3 ministres délégués et un secrétaire d’Etat ont quitté le gouvernement. Il s’agit de Abdelmadjid Attar, Ferhat Ait Ali Braham, Mounir Khaled Berrah, Farouk Chiali, Arezki Berraki,
Mohamed Hamidou, Nassira Ben Harrats, outre Hamza Al Sidi Cheikh (ministre délégué chargé de l’environnement saharien), Aissa Bekkai (ministre délégué chargé du Commerce extérieur), Bachir Youcef Sehairi (chargé de l’Industrie cinématographique) et Mohamed-Cherif Belmihoub (ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de la prospective).

Nadera Belkacemi