dimanche , 14 août 2022
<span style='text-decoration: underline;'>LE TROTTOIR POUR AMÉNAGER UNE COURETTE</span>:<br><span style='color:red;'>Démolition d’une extension illicite à la place Carnot à Paradis Plage</span>

LE TROTTOIR POUR AMÉNAGER UNE COURETTE:
Démolition d’une extension illicite à la place Carnot à Paradis Plage

En étroite collaboration avec les forces de police, relevant de la brigade chargée de la protection de l’urbanisme et de l’environnement, Pupe, de la Sûreté de daïra d’Aïn El Turck, les services de l’Apc ont procédé, dans la matinée du jeudi, à la démolition d’une extension illicite, construite au niveau de la place Carnot, dans la localité de Paradis Plage, a-t-on constaté sur les lieux.

Un contrevenant s’est approprié le trottoir, ceinturant partiellement ladite place, en construisant un mur autour de son habitation, R+1 et ce, pour aménager illicitement en courette la superficie récupérée ainsi. Notons que cette infraction a été perpétrée à l’époque de la précédente Apc, mais depuis le transgresseur n’a jamais été rappelé à l’ordre. Un procès verbal a été dressé contre ce contrevenant par les éléments de la brigade Pupe. Ce dernier est également passible de poursuites judiciaires pour occupation illégale de la voie publique. Il convient de signaler dans ce contexte, qu’une opération de grande envergure, visant à mettre un terme définitif à l’anarchie, qui altérait les paysages, notamment l’éradication du squat des trottoirs par les diverses activités commerciales, informelles ou autorisées, été lancée quelques semaines auparavant par les services de l’Apc dans le chef-lieu de la daïra d’Aïn El Turck. Cette action a permis, notons-le, entre autres, d’évacuer l’ex souk communal des fruits et légumes, qui a été enfin transféré vers le marché couvert du quartier Nakhil. En effet, après un éventail d’impondérables, ayant bloqué sa délocalisation, les ruelles, qui constituaient exécrablement cet ex-lieu de commerce, ont été libérées et rouvertes à la circulation routière à la grande satisfaction de la population.
Rachid Boutlélis