mercredi , 21 avril 2021

...:
Des atouts pour réussir

La pandémie de la Covid-19 est bien loin d’avoir rendu les armes. On espérait que les choses iraient beaucoup mieux une fois que les campagnes de vaccination auraient commencé. Mais le contraste est saisissant, du moins dans certains pays, où plus les campagnes de vaccination accélèrent et plus les cas de contamination augmentent, avec leur lot de cas graves et de décès. Ce qui se passe en Angleterre est plus qu’édifiant à ce sujet. Dans ce pays, qui a été pourtant le premier pays européen à lancer la vaccination, la situation est plus alarmante et de loin plus dramatique que lors du printemps dernier.
Le virus semble ne pas vouloir lâcher prise et toutes les prédictions, du moins à ce moment, se sont avérées nulles. Des développements contrariants qui ont poussé l’OMS à tempérer les ardeurs et à doucher froidement tous les optimistes entre politiques et scientifiques. En effet, pour l’organisation onusienne, les campagnes de vaccination aussi massives soient-elles, ne donnent aucune garantie quant à une immunité collective pour cette année 2021. Autrement dit, 2021 ne sera pas aussi différente que celle de 2020. Le monde n’a pas fini de souffrir et de compter ses morts à en croire l’OMS, qui il faut le rappeler a, dès le début, choisi la prudence quant à la gestion de cette pandémie. Une prudence jugée d’ailleurs excessive par plusieurs scientifiques qui, eux contrairement à l’OMS, prédisaient la possible découverte d’un vaccin en quelques mois, alors que l’organisation onusienne tablait sur plusieurs années.
Cependant et malgré les difficultés enregistrées dans la lutte contre la pandémie dans certains pays, notamment les plus touchés à l’image des Etats-Unis, du Brésil et de ceux de l’Europe, il ne faut pas croire qu’il en sera de même dans les autres régions de la planète.
L’Algérie qui s’apprête incessamment à lancer sa campagne de vaccination peut avoir des résultats bien meilleurs. D’abord parce que la pandémie est mieux maîtrisée et les cas de malades bien moindre, ensuite grâce à la jeunesse de sa population, et ce contrairement aux pays occidentaux où la population est en majorité vieille.
A cela il faut ajouter la grande expérience de l’Algérie dans les campagnes de vaccination de masse et un personnel médical rodé à ce genre d’opérations de grande envergure. Il reste bien sûr à mener, en parallèle, une autre campagne tout aussi importante qu’est celle de la communication pour barrer la route à ces apprentis sorciers qui veulent remettre en cause l’urgence et la pertinence de la vaccination.

Par Abdelmadjid Blidi