jeudi , 18 août 2022
<span style='text-decoration: underline;'>Ramadhan à Chlef</span>:<br><span style='color:red;'>Des citoyens en quête de l’incontournable pain d’orge «El Hamdha»</span>

Ramadhan à Chlef:
Des citoyens en quête de l’incontournable pain d’orge «El Hamdha»

De nombreux citoyens de Chlef se lancent quotidiennement pendant le mois du jeûne à la quête de la fameuse «Hamdha», un pain d’orge traditionnel au levain naturel, dont la présence est primordiale sur la table de rupture du jeûne, pour certains.

A deux heures de l’Iftar, un trafic inhabituel est constaté aux abords des routes menant vers de nombreux villages et zones reculées de Chlef, point de convergence d’un nombre considérable de citoyens de différentes régions de la wilaya, en quête de la «Hamdha», qui fait la réputation des familles de ces zones.
C’est le cas notamment d’Abdelkader Mechroub, un citoyen de la commune de l’Oued Fodda, pour qui il est «inconcevable» de rompre le jeûne sans «El Hamdha», la «Hrira Mermez» et le «Bourek», a-t-il dit à l’APS, expliquant l’engouement de nombreuses familles pour ce pain d’orge par le fait qu’il soit préparé traditionnellement à base d’ingrédients naturels, sans aucun additif chimique. Abdelkader se rend quotidiennement, en compagnie de son frère, dans des villages de la commune d’El Karimia (Sud-est de Chlef), où de nombreuses familles continuent de perpétuer la tradition de préparation de la Hamdha, en intégrant quelques améliorations. «La quête de la Hamdha va au-delà de la satisfaction d’un goût alimentaire. Elle reflète les valeurs de l’entraide et de la solidarité durant le mois de Ramadhan d’antan, lorsque ce pain traditionnel était distribué gracieusement aux nécessiteux et aux passants», a souligné ce citoyen nostalgique. La Hamdha est aussi disponible à l’entrée du marché des fruits et légumes de la cité Bensouna, où de nombreux vendeurs issus des zones rurales mitoyennes, proposent différents types de pains traditionnels, dont le pain d’orge au levain naturel, cédé à 50 DA l’unité, et dont le prix peut atteindre 120 DA s’il est farcie avec d’autre ingrédients. Hamid, un vendeur de la place a confié que pendant le mois de Ramadhan, sa mère prépare quotidiennement la Hamdha, en introduisant, à chaque fois, de nouveaux ingrédients, tels que la graisse, l’ail, le beurre, l’oignon, le piment et les épices, selon les commandes de la clientèle.

La formation pour perpétuer le savoir-faire de la Hamdha

Un recul est constaté, ces dernières années, dans l’activité de confection de la Hamdha comparativement aux autres pains traditionnels, tels que le «Metloue», le «Mcheouate» et le pain syrien, en raison du prix de l’orge qui a augmenté, mais surtout du nombre réduit des familles spécialisées dans sa préparation.
Pour faire face au risque de la disparition de cette galette, la Chambre d’artisanat et des métiers(CAM) de la wilaya, en coordination avec nombre d’associations, se sont accordés à lancer des sessions de formation dans la confection de la «Hamdha», au titre des efforts de préservation de cet art culinaire traditionnel profondément lié aux us et coutumes de la société Chelfienne.
Le directeur de la CAM de Chlef, Sid Ahmed Zenaki a exprimé la disponibilité de ses services, à coordonner avec les artisanes maîtrisant l’art de la préparation du pain d’orge, pour inculquer leur savoir à tous ceux désirant s’investir dans cette activité, notamment avec la demande croissante sur ce type de pain, très prisé à l’échelle locale. «A Chlef, le mois de Ramadhan est particulièrement réputé pour une hausse de la demande sur la Hamdha, préparée sans additifs chimiques, surtout que beaucoup de consommateurs privilégient les produits alimentaires naturels pour leurs bienfaits sur la santé», a souligné, pour sa part, Mme. Kheira Barbari, spécialisée dans la confection de plats traditionnels. La Hamdha est préparée à partir d’un levain naturel, fait à base d’eau, de farine d’orge et de sel, laissé à température ambiante pendant 24 heures, jusqu’à fermentation, pour acquérir le goût aigre particulier qui fait la réputation de ce pain.
Une fois le levain naturel prêt, lez lendemain, on lui ajoute une quantité de farine d’orge, d’eau, de sel et de graines de fenouils, jusqu’à obtention d’une pate malléable qu’on laissera reposer quelques heures, avant sa cuisson dans un four traditionnel, de préférence.