dimanche , 28 février 2021
<span style='text-decoration: underline;'>APC d’Aïn El Türck | Faute de délibérations communales</span>:<br><span style='color:red;'>Des dossiers de citoyens bloqués</span>
© D.R

APC d’Aïn El Türck | Faute de délibérations communales:
Des dossiers de citoyens bloqués

Pour les contribuables, comme pour les observateurs de la scène locale à Aïn El Türck, la persistance du groupe d’élus opposés au maire d’Aïn El Türck, à faire dans la résistance en boycottant les délibérations communales et la tournure loufoque que prennent désormais les événements,  conduisent l’institution communale, droit dans le mur.

Aujourd’hui, ce sont des centaines de citoyens et de familles qui sont pris dans l’étau de cet antagonisme, savamment nourri de part et d’autre et dans lequel, les 19 élus, semblent faire délibérément fi des lois de la République, des préoccupations des concitoyens de cette République et de toute forme de moralité.
Le point de non-retour semble en effet, définitivement atteint, car, toutes les tentatives de rassemblement ont été vaines, comme l’atteste de jour, l’animosité et l’hostilité étalées sur la scène publique par les antagonistes. Nous rappellerons que les pouvoirs publics avaient menacé d’installer un délégué spécial pour administrer la commune et procéder au gel des activités de l’assemblée, comme cela avait partiellement opéré, le mois dernier. En revanche, il est laissé entendre un peu partout, que cette solution, n’est pas éloignée, si la situation conflictuelle perdurait davantage.
Et pour cause, c’est toute la commune et les affaires citoyennes qui sont suspendues dans le temps, en raison du boycott des délibérations communales dont les dernières remontent à près de 12 mois. Il suffit de voir le flot de citoyens qui se précipite chaque jour aux services de l’APC pour leur permis de construire, ou pour leur dossier de régularisation, si ce n’est pour une simple autorisation de voirie, et bien d’autres cas, qui sont laissés à la traine.
Les plaintes des citoyens s’accumulent, d’autant plus que certains dossiers sont limités par les délais. Mais le bât ne blesse pas uniquement à ce niveau-là, car, nonobstant les affaires citoyennes, c’est le cadre de vie et le développement local qui reçoivent un coup dur, avec l’amoncellement des tonnes d’ordures, de la dégradation de la chaussée et de la voirie, de l’apparition des  chiens errants, la naissance des parkings sauvages au cœur du centre-ville d’Aïn El Türck, ou encore de ces magasins de brocanteurs qui se sont installés le long du principal boulevard d’Aïn El Türck, de l’abandon des espaces publics et tout cela à quelques mois seulement de la saison estivale.
Le comble de l’ironie, est que la commune est retenue comme zone d’appui pour les JM de 2021, et qu’aucun mur n’est ravalé, aucun arbre taillé, aucune brèche rafistolée, aucun accès libéré, aucune plage nettoyée.
Mais le comble des combles, est le fait que les 19 élus, le maire y compris, perçoivent régulièrement, ont perçu leurs indemnités jusqu’au dernier sou ainsi que leurs primes de rendements, alors que depuis son installation, l’APC ne tourne qu’avec le quart de son effectif élu. «Une honte», diront ironiquement des riverains, «car, c’est la seule question sur laquelle, les deux groupes se sont toujours entendus!».
Karim Bennacef