jeudi , 24 septembre 2020
<span style='text-decoration: underline;'>L’affaire des 29 468 comprimés d’extasie </span>:<br><span style='color:red;'>Des peines allant entre 14 et 20 ans de réclusion</span>

L’affaire des 29 468 comprimés d’extasie :
Des peines allant entre 14 et 20 ans de réclusion

Onze mis en cause ont comparu ce jeudi, devant le tribunal criminel d’Oran, pour répondre du grief de trafic de psychotropes.

Ces derniers ont été arrêtés suite à la saisie de près de 30 000 comprimés d’extasie, importés du Maroc et destinés à être commercialisés en Algérie. Les faits remontent au 6 février 2016. Agissant sur informations, les éléments sécuritaires qui avaient déjà mis en place plusieurs barrages sur la route menant vers Sidi Bel-Abbès. Le chauffeur conduisant une laguna, transportant cette quantité de psychotropes est averti par les mis en cause devant lui ouvrir la route, sur les barrages se trouvant sur son itinéraire. Arrivé devant un de ces barrages, il accéléra et foncera droit devant.
Il abandonnera son véhicule 10km plus loin. Arrivés sur place, les gendarmes ne trouveront pas le chauffeur, mais en passant les lieux au peigne fin, ils découvriront un jerrican d’une capacité de 30 litres. Les psychotropes se trouvaient cachés à l’intérieur. Il s’agit de 29 468 comprimés d’extasie d’une valeur de plus de 1 milliard 658 millions de centimes. Suite à cette importante saisie, une enquête est ouverte. C’est ainsi, que le principal mis en cause tombera. Par ailleurs, le contrôle du véhicule permettra de déterminer que ce dernier a été falsifié. Toujours en cours d’enquête, on localisera ce chauffeur. Il sera arrêté de même que trois autres mis en cause. Les premières investigations se solderont par l’interpellation de six mis en cause et cela suite aux déclarations du procureur,  accusés et à la triangulation des appels téléphoniques, émis et reçus. Les autres mis en cause seront arrêtés plus tard. Dix seront placés sous mandat de dépôt et le onzième bénéficiera d’un contrôle judiciaire.
Ce jeudi, à la barre du tribunal criminel, le chauffeur de la Laguna reconnaîtra l’ensemble des faits retenus contre lui et fera des déclarations où il charge ses complices. Des complices qui, quant à eux, réfuteront ces accusations, alors que tous les accusés suspectés d’avoir escorté le transporteur, rejetteront les accusations, en affirmant ignorer qu’il s’agissait de stupéfiants. Dans son réquisitoire, le ministère public requit des peines allant de 12 ans à la perpétuité. Quant aux avocats de la défense, ils plaideront soit l’acquittement ou les circonstances atténuantes. A l’issue du procès, le tribunal criminel près la cour d’Oran, prononcera des peines de 14 et 20 ans de réclusion et deux acquittements.
Abdelkrim F