samedi , 17 avril 2021
<span style='text-decoration: underline;'>Après l’arrestation du passeur «Tropico»</span>:<br><span style='color:red;'>Des perquisitions opérées à Aïn El Türck</span>
© D.R

Après l’arrestation du passeur «Tropico»:
Des perquisitions opérées à Aïn El Türck

Après l’arrestation récente par les services de la police judiciaire de la sûreté de daïra d’Aïn El Türck de l’un des plus importants passeurs de harragas à partir des plages de la corniche oranaise, à savoir, du dénommé «Tropico», s’en est suivie une série de perquisitions opérées au niveau de plusieurs domiciles de la station balnéaire.

Les personnes ciblées par ces perquisitions, seraient impliquées dans la constitution du réseau monté par le passeur, et/ou activant à titre personnel.
L’interpellation d’un certain nombre d’individus dont une femme que l’on dit proche d’un député, permettra selon nos sources, de déterminer les responsabilités de tout un chacun et tenter de savoir si des liens sont établis entre eux. L’enquête suit actuellement son cours et ne serait pas loin de livrer ses secrets. D’autre part, l’arrestation du dénommé «Tropico», un nom devenu célèbre chez les jeunes des quatre coins d’Algérie qui ont loué les prouesses de passeur, a fortement déstabilisé le business issu des opérations d’émigration clandestine, notamment chez ceux qui assuraient l’hébergement, la logistique, et le recrutement.
Un business qui se chiffre à des milliards, si l’on estime que 40 millions de centimes sont «facturés» par passager adulte et 20 pour un mineur. La fébrilité ressentie chez les jeunes à Aïn El Türck est palpable, allant jusqu’à laisser courir le bruit qu’une marche allait être organisée hier au centre-ville pour réclamer la libération de «Tropico». Rumeur ou ballon sonde? Pour parer à cette éventualité, un impressionnant cordon de police était déployé à la place du 1er novembre d’Aïn El Türck.
«Du jamais vu», dira un citoyen, outré qu’un « comité » de défense s’organise en faveur d’un individu aussi sinistre. Rappelons que le personnage en question, avait été repéré à sa descente d’avion en provenance de France, à l’aéroport d’Es Sénia, avant d’être arrêté dans la commune d’Aïn El Türck. Mais pour nombre de familles, notamment celles qui ont perdu l’un des leurs en mer, les réseaux de passeurs foisonnent dans la région et sont bien connus. Ils activent depuis des années dans ce créneau.
Karim Bennacef