vendredi , 7 mai 2021
<span style='text-decoration: underline;'>La peine maximale a été requise par le tribunal d’Oran </span>:<br><span style='color:red;'>Deux accusés jugés pour trafic de 2880 comprimés «Lyrica»</span>
© D.R

La peine maximale a été requise par le tribunal d’Oran :
Deux accusés jugés pour trafic de 2880 comprimés «Lyrica»

La peine maximale a été requise par le tribunal d’Oran à l’encontre de deux personnes mis en cause dans une affaire d’importation et de vente de produits pharmaceutiques sans autorisation, faux et usage de faux et usurpation d’identité.

Les faits de cette affaire remonte au mois de juillet de l’année écoulée, lorsque les éléments de la police recevront des informations sur une personne originaire de la wilaya de Sétif qui prévoit de faire entrer à Oran une importante quantité de psychotropes, des comprimés de marque Lyrika qu’il envisage d’importer de Tunis.
L’enquête ouverte a permis aux enquêteurs d’identifier les éléments de ce réseau de même qu’ils arriveront à déterminer la date de cet arrivage de comprimés. Mis sous surveillance, le principal mis en cause et une autre personne ont été arrêtés alors qu’ils se trouvaient à bord d’une « symbol ». La fouille de cette voiture a permis aux policiers de saisir la quantité de 2880 comprimés de la marque citée plus haut. Suite à l’extension de compétence vers la wilaya de Sétif et à la perquisition des domiciles de ces deux personnes arrêtées, d’importantes sommes d’argent en dinars et devise ont été saisies au niveau de l’un des domiciles de ces derniers ; Il s’agit de 250 millions de centimes, 200 dinars tunisiens, 1444 rials saoudiens ainsi qu’une carte universitaire falsifiée.
Alors qu’au niveau du domicile du second mis en cause, il a été procédé à la saisie de 34 ordonnances falsifiées, un scanner qui s’est avéré avoir été utilisé pour falsifier les documents saisis.
 Cités à la barre du tribunal, les mis en cause nieront les lourds griefs retenus contre eux. L’un de ces mis en cause expliquera avoir connu une personne originaire de la wilaya d’Oran sur facebook. Cette personne, expliquera ce mis e cause, lui avait demandé de lui procurer ces médicaments de Tunis, déclarant que l’achat de ce médicament au niveau de la Tunisie est plus facile qu’en Algérie où les procédures sont plus restrictives.
« A cette demande, dira ce mis en cause, je lui ai acheté 8 boites de ce médicament avec différentes ordonnances. Quant au second mis, il expliquera avoir accompagné le premier sans savoir que ce dernier transportait ces comprimés.
Le saroukh Lyrica est un médicament antiépileptique, il est utilisé chez l’adulte pour le traitement de certaines formes d’épilepsie en association avec un autre antiépileptique, des douleurs neuropathiques, de certaines formes d’anxiété (trouble anxieux généralisé). Consommé, il provoque plusieurs effets secondaires dont l’euphorie, confusion, altération de la fonction mentale, état dépressif.
F.Abdelkrim