mardi , 14 juillet 2020
<span style='text-decoration: underline;'>Evaluer l’impact des baisses de production</span>:<br><span style='color:red;'>Deux réunions de l’OPEP prévues en juin</span>

Evaluer l’impact des baisses de production:
Deux réunions de l’OPEP prévues en juin

L’ Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) tiendra deux réunions ministérielles les 9 et 10 juin prochain par vidéoconférence pour évaluer l’impact des baisses de production sur le marché pétrolier, dont le premier mois d’application expire ce dimanche.

Il s’agit en premier de la 179ème réunion ministérielle de la Conférence de l’OPEP qui sera présidée par l’Algérie, selon le planning de l’Organisation, la seconde rencontre est la 11ème réunion ministérielle des pays membres de l’OPEP et non membres qui sont programmées pour le 10 juin prochain. Ces deux réunions ordinaires qui seront tenues par vidéoconférence à cause de la pandémie de coronavirus interviennent après l’expiration du premier mois de l’entrée en vigueur de l’accord portant des baisses de production, conclu lors des réunions extraordinaires de l’OPEP tenues les 9 et 12 avril dernier.
Pour enrayer la chute drastique des cours de l’or noir, les 23 pays signataires de la déclaration de la Coopération, avaient décidé une réduction de 9,7 mb/j pour une période de deux mois s’étalant du 1er mai jusqu’au 30 juin, dans le cadre de l’accord de l’OPEP et ses partenaires à leur tête la Russie, jugé historique.
«L’Organisation des 13 pays exportateurs de pétrole a pompé en moyenne 24,77 millions de barils par jour (bpj) ce mois-ci, soit une baisse de 5,91 millions de bpj par rapport au niveau d’avril, qui a été révisé», précise Reuters. Ainsi, les rendez-vous du 9 et 10 juin prochain permettront de suivre l’évolution du marché pétrolier et l’impact de cette baisse.
Pour ce qui est de la conformité à cet accord, le Secrétaire général de l’OPEP, Mohamed Barkindo a souligné mercredi dernier le «niveau élevé d’engagement, de motivation et de dévouement de l’OPEP et des autres pays producteurs dans la Déclaration de coopération (DoC), en termes d’adhésion aux ajustements de production qui ont commencé le 1er mai est de fournir une plate-forme pour la reprise et la croissance dans les mois et les années à venir».
L’Algérie qui assure la présidence de la Conférence de l’OPEP avait insisté sur la nécessité d’application totale de l’accord à l’accord de l’OPEP+ par tous les pays signataires et réaliser un taux de conformité supérieur à 100% pour tous les pays» vis-à-vis de cet accord historique entré en vigueur le 1er mai 2020. Pour l’Algérie «les conditions et les perspectives du marché pétrolier interpellent tous les producteurs et exigent un respect total de l’accord de réduction de production».
En plus de l’accord de 12 avril, des baisses volontaires supplémentaires, ont été annoncées par l’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis et le Koweït. Ce panier de référence de l’OPEP (ORB) qui comprend notamment le pétrole algérien (le Sahara Blend), a reculé à 28,45 dollars le baril jeudi, contre 29,03 dollars mercredi dernier. En avril dernier, la valeur de l’ORB avait baissé de 48% ou 16,26 dollars, pour s’établir à 17,66 dollars le baril, le point mensuel le plus bas depuis décembre 2001, selon le dernier rapport mensuel de l’Opep.
Noreddine Oumessaoud