samedi , 17 avril 2021
<span style='text-decoration: underline;'>Elles entrent en vigueur aujourd’hui</span>:<br><span style='color:red;'>Dispositions supplémentaires pour lutter contre la pandémie</span>

Elles entrent en vigueur aujourd’hui:
Dispositions supplémentaires pour lutter contre la pandémie

Le gouvernement «invite les citoyens à davantage de mobilisation et de discipline pour freiner la propagation de l’épidémie et relever ce défi sanitaire majeur auquel fait face la nation, à l’instar de tous les pays dans le monde», souligne un communiqué du Premier ministère.

Des dispositions supplémentaires ont été décidées par le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, pour une rentrée en vigueur dès aujourd’hui. Il est bien entendu question de renforcement des mesures de prévention contre la propagation de la Covid-19. Il faut savoir que le confinement partiel, décidé il y a quelque semaines n’a pas fait significativement fléchir les chiffres des contaminations. Ce qui justifie le durcissement du dispositif de lutte contre la pandémie. Le Premier ministre qui se veut pédagogue dans l’approche du confinement a précisé dans le communiqué rendu public la volonté d’aller graduellement pour éviter de trop gêner les citoyens, tout en gardant un contrôle sur la maladie. Aussi, la graduation qui a été observée dans le processus du déconfinement en août dernier, sera de mise dans le sens du renforcement du confinement, le principal souci étant celui de «préserver la santé des citoyens et à les prémunir contre tout risque de propagation du coronavirus (Covid-19), seront mises en œuvre graduellement en fonction de l’évolution de la situation épidémiologique», rapporte le même communiqué.
C’est ainsi qu’en ce qui concerne le confinement partiel à domicile, le Premier ministre a maintenu l’horaire du confinement (de 20 heures à 5 heures du matin), tout en l’élargissant sur 32 wilayas. De fait, Adrar, Laghouat, Oum El Bouaghi, Batna, Bejaia, Biskra, Blida, Bouira, Tebessa, Tlemcen, Tiaret, Tizi-Ouzou, Alger, Jijel, Sétif, Guelma, Annaba, Constantine, Médéa, M’Sila, Ouargla, Oran, Illizi, Bordj Bou Arréridj, Boumerdes, Tindouf, Tissemsilt, El Oued, Khenchela, Souk Ahras Tipaza et Ain Temouchent, seront tenus par le confinement. A contrario, les wilayas de Chlef, Béchar, Tamanrasset, Djelfa, Saïda, Skikda, Sidi Bel Abbes, Mostaganem, Mascara, El Bayadh, El Tarf, Mila, Ain Defla, Naâma, Ghardaia et Relizane, en sont exemptés.
Cela pour la décision nationale. au plan local, «les walis peuvent, après accord des autorités compétentes, prendre toutes mesures qu’exige la situation sanitaire de chaque wilaya, notamment l’instauration, la modification ou la modulation des horaires, de la mesure de confinement à domicile partiel ou total ciblé d’une ou de plusieurs communes, localités ou quartiers connaissant des foyers de contamination», précise le communiqué.
Concernant les activités commerciales, on apprendra que la mesure de fermeture, pour une période de 15 jours, imposée aux marchés de ventes des véhicules d’occasion au niveau de
l’ensemble du territoire national sera prorogée de deux autres semaines. A cela, il faut ajouter une autre liste de commerces qui devront baisser le rideau pour la même période. Il s’agit des salles omnisports et les salles de sport, les lieux de plaisance, de détente, les espaces récréatifs et de loisirs et les plages, ainsi que les maisons de jeunes et les centres culturels. Ces mesures restrictives auront court dans les wilayas concernées par le confinement partiel.
D’autres commerces ne feront pas objet de fermeture, mais leur activité cesseront à partir de 15 heures et ce, pour une période de deux semaines. Le commerce des appareils électroménagers, le commerce d’articles ménagers et de décoration, le commerce de literies et tissus d’ameublement, le commerce d’articles de sport, le commerce de jeux et de jouets, les lieux de concentration de commerces, les salons de coiffure pour hommes et pour femmes, les pâtisseries et confiseries. De plus, les cafés, restaurations et fast-food sont obligés de limiter leurs activités à la vente à emporter.
Pour casser la circulation du virus, le gouvernement rappelle «la mesure d’interdiction, à travers le territoire national, de tout type de rassemblement de personnes et de regroupement familial, notamment la célébration de mariages et de circoncision et autres événements tels que les regroupements au niveau des cimetières, lesquels constituent des facteurs de propagation de l’épidémie», indique le communiqué.
Cela sans oublier bien entendu, l’interdiction qui concerne les réunions et assemblées générales organisées par certaines institutions.
Il faut savoir que toute cette batterie de mesures n’est motivée que par un seul souci, celui de faire face à «la phase préoccupante que connaît le pays au plan de l’évolution de la situation épidémiologique» affirme-t-on. Le gouvernement «invite les citoyens à davantage de mobilisation et de discipline pour freiner la propagation de l’épidémie et relever ce défi sanitaire majeur auquel fait face la nation, à l’instar de tous les pays dans le monde», conclut le communiqué.
Nadera Belkacemi